samedi 10 juillet 2021

Incarcération, de Jonathan Holt


Deuxième tome de la trilogie Carnivia, de Jonathan Holt, Incarcération fait suite à Abomination que j’ai lu en 2014. On y retrouve le carabinier Katarina Tapo et le lieutenant Holly Bolland aux prises avec une nouvelle enquête. Le premier opus révélait déjà de sombres secrets sur l’implication de l’Amérique dans la guerre de Bosnie. Il semble que l’auteur revienne ici à un thème qui lui est cher, l’armée américaine et l'Église étant à nouveau au cœur de l’intrigue.

Ce qui m’avait intriguée quand j’ai commencé Abomination, c’était Carnivia, ce réseau social qui est une extraordinaire reconstitution virtuelle de la ville de Venise et où l’anonymat des utilisateurs est garanti. Et je me souviens que j’avais été un peu déçue qu’il n’occupe pas une place plus importante au sein de l’intrigue. Un reproche que l’on peut également faire à ce second volume, Carnivia n’étant qu’un outil de communication pour les ravisseurs de la jeune Mia. Alors oui, le thème de la protection des utilisateurs, et donc aussi d’éventuels terroristes, est bien soulevé mais il y avait tellement plus à imaginer !

Non, l’auteur s’attache plutôt au passé, en particulier au combat des Etats-Unis contre le communisme d’après-guerre, ainsi que ses implications en Italie, y compris au sein de l’Église. Si l’intrigue semble, de prime abord, assez simpliste - l’enlèvement d’une ado par des terroristes aux motivations politiques - elle s’avère finalement bien plus complexe. Voire même un peu trop, dans le sens où, même une fois la dernière page refermée, tout cela me paraît encore un brin confus. A vouloir trop en faire, Jonathan Holt nous perd un peu en cours de route. La preuve en est ce pseudo épilogue où l’un des personnages est obligé de se faire lui-même expliquer tous les tenants et les aboutissants du complot !

Du côté des personnages en revanche, j’étais ravie de retrouver Kat. C’est une jeune femme qui s’assume pleinement et elle est prête à tout pour être reconnue dans son travail. Holly est un peu plus effacée ici - jusqu’au final où elle reprend toute sa place - mais ses relations avec Daniele Barbo, le fondateur de Carnivia, évoluent, tout comme celles de Kat avec son supérieur Aldo Piola, lui-même étant très présent dans ce deuxième tome. Ils forment un quatuor attachant et intéressant à suivre.

Au final, mon ressenti sur cette suite est assez semblable à celui que j’avais eu sur le premier tome. C’est un roman qui se lit bien mais qui ne me laissera pas un souvenir impérissable. Les personnages sont plaisants à suivre mais l’intrigue est à nouveau un peu trop tarabiscotée pour qu’on y croit pleinement. Une lecture d’été qu’on oubliera dès la rentrée, d’autant plus qu’il semble que le troisième tome n’ait, à ce jour, jamais été traduit.

Note : ☆☆

Plus d'informations

La Trilogie Carnivia, tome 2 : Incarcération, de Jonathan Holt
Editions Robert Laffont (2015) - 504 pages - Support papier - Thrillers & Polars

Une étrange séquestration. Une plongée dans les bas-fonds de Venise. Un compte à rebours implacable. Fille d'un commandant de l'armée, Mia Elston a été enlevée par un mystérieux commando qui réclame, en échange de sa libération, le retrait des troupes américaines de Dal Molin, dans la région de Venise. Pour sensibiliser l'opinion publique à leur cause, les ravisseurs postent chaque jour sur Internet des vidéos montrant l'adolescente de seize ans torturée selon les méthodes employées par les États-Unis à Guantánamo. Les recherches s'orientent via Carnivia – un site qui propose une prodigieuse reconstitution virtuelle de la Sérénissime – vers l'univers inconnu et effrayant du "Web des profondeurs", la face cachée d'Internet. L'enquête met bientôt au jour les intérêts communs de la Mafia, de l'Église et de l'armée américaine, alliées au sein d'une conspiration internationale...

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire