samedi 4 décembre 2021

Après, de Stephen King


On se retrouve aujourd’hui avec le dernier Stephen King paru le mois dernier aux éditions Albin Michel. Un roman qui n’est pas sans rappeler Le sixième sens, de M. Night Shyamalan, où un enfant voit et parle avec des morts. La comparaison s’arrête ici, le roman de King se rapprochant davantage du polar même si “ce qui suit est une histoire d’épouvante”, nous prévient dès le départ le jeune héros, Jamie.

C’est un roman très court, si on le compare à la majeure partie des autres œuvres de l’auteur. Le style est assez différent, notamment dans son approche de l’intrigue et des personnages. Si vous avez déjà lu Stephen King, vous savez qu’il aime prendre son temps et nous exposer par le menu le quotidien de ses multiples protagonistes avant que le fantastique et/ou l’horreur ne fasse une entrée fracassante dans leur vie. Ce n’est pas le cas ici. Dès les premières pages, Jamie explique qu’il est capable de voir les morts.

Un style plus simple donc, et sans doute plus accessible aux réfractaires. On y retrouve cet humour noir dont il sait si bien faire preuve, qui fait particulièrement mouche ici, dans la bouche d’un enfant. C’est un roman qui se lit en un rien de temps, bien trop rapidement. On tourne les pages presque sans y penser, plongé dans le récit par cette narration à la première personne mais aussi les réflexions drôles et familières de Jamie. Il est très attachant, ce gamin !

En ce qui me concerne, je suis plutôt amatrice des plus gros romans de l’auteur. Il y fait d’ailleurs de nombreuses références dans ce récit, saurez-vous les reconnaître ? Pourtant, s’il aborde des thématiques qui lui sont chères comme l’enfance, l’innocence ou encore l’addiction, elles ne sont qu’effleurées et j’avais envie de tellement plus. J’aurais aussi aimé un “méchant” avec plus d’envergure, une véritable confrontation, car c’est presque trop facile pour Jamie. Depuis quand King ménage-t-il ses personnages ?

Toujours est-il qu’Après s’avère être un roman sympathique, qui se lit tout seul. Il ne marquera certes pas les esprits, la faute à un petit manque d’ambition dans le développement de l’entité maléfique et une fin trop expéditive à mon goût. Mais pour partir à la découverte de Stephen King, je le trouve parfait et je saurai désormais quel roman conseiller aux kingiens débutants !

Note : ★★★☆

Plus d'informations

Après, de Stephen King
Editions Albin Michel (2021) - 330 pages - Support numérique - Fantastique & Horreur

Grandir, c'est parfois affronter les démons qui vous hantent. Jamie n'est pas un enfant comme les autres : il a le pouvoir de parler avec les morts. Mais si ce don extraordinaire n'a pas de prix, il peut lui coûter cher. C'est ce que Jamie va découvrir lorsqu'une inspectrice de la police de New York lui demande son aide pour traquer un tueur qui menace de frapper... depuis sa tombe. Obsédant et émouvant, le nouveau roman de Stephen King nous parle d'innocence perdue et des combats qu'il faut mener pour résister au mal.

Le site de l'auteur : https://stephenking.com/

jeudi 2 décembre 2021

Challenge de l'imaginaire


Pour la première fois en 2022, alors qu'il existe depuis déjà dix ans, je participerai au Challenge de l'Imaginaire organisé par Aurélia sur le blog Ma Lecturothèque. L'objectif est de partager, à coups de chroniques, autour des littératures de l'imaginaire. 

À l'inscription, chacun se fixe un échelon à atteindre, qui correspond à un certain nombre de livres à lire et à chroniquer. Pour corser les choses, il est également possible de sélectionner une catégorie de difficulté, qui permet de filtrer le type de livre à lire. À l'inverse, en guise de petit coup de pouce, des thèmes bimestriels permettront de valider deux lectures au lieu d’une d’un seul coup. Je vous renvoie au billet de blog d'Aurélia pour plus de détails.

De mon côté, je me suis inscrite à l'échelon n° 2 : Immersion dans le vide, catégorie B : Balrog des mots, qui correspond à 36 livres à lire, bande-dessinées et mangas exclus. J'ai hâte de commencer ce nouveau challenge !

Alors, tentés par l'aventure ? 
Ça se passera du 1er janvier au 31 décembre 2022 alors rejoignez-nous !


Plus d'informations

MON AVANCEMENT en date du 01/01/2022




mercredi 1 décembre 2021

Jeu des 7 familles littéraire


Pour le premier semestre de l'année 2022, l'Imag'In Café vous propose un petit défi littéraire sous forme de jeu des sept familles. L'objectif du challenge est bien évidemment d'avoir reconstitué un maximum de familles complètes à la fin du temps imparti.

Ce défi sera à la fois très semblable au jeu et un peu différent, puisqu'une même carte pourra être utilisée par plusieurs personnes. Mais je vous renvoie au forum pour les règles du jeu détaillées. Sachez seulement que seuls sont autorisés les romans de plus de 200 pages, les livres commencés en 2021 n'étant pas comptabilisés.

Les 7 familles à rassembler

- Famille 1 : Contemporain
- Famille 2 : Fantastique
- Famille 3 : Fantasy
- Famille 4 : Historique
- Famille 5 : Horreur
- Famille 6 : Science-fiction
- Famille 7 : Thriller (ou policier)

Chaque famille est composée de 6 membres correspondant à 6 consignes de lecture à réaliser :

- Une carte grand-mère : lire un livre de plus de 500 pages
- Une carte grand-père : lire un livre vieux de plus de 5 ans
- Une carte mère : lire un livre écrit par une femme
- Une carte père : lire un livre écrit par un auteur français
- Une carte fille : lire un livre jeunesse ou YA
- Une carte garçon : lire le livre qui vous fait envie, carte joker !

Alors, tenté par l'aventure ? 
Ça se passera du 1er janvier au 30 juin 2022 sur l'Imag'In Café. Rejoignez-nous !


Plus d'informations

MON AVANCEMENT en date du 01/01/2022




dimanche 28 novembre 2021

Lecture commune - Les frontières de glace


L'Imag'In Café a proposé en 2021 une lecture commune par saison ! Après celles de printemps, d'été et d'automne s'annonce celle de l'hiver qui aura lieu entre le 21 décembre 2021 et le 19 Mars 2022. Un thème intéressant que celui de l'hiver, avec plein de choses sur lesquelles s'appuyer. 

Petit règlement :
- Vous pouvez lire autant de livres que vous le voulez, mais au minimum un. 
- Les bandes-dessinées, comics & mangas ne sont pas autorisés, seuls les romans le sont et doivent faire minimum 100 pages.
- Seuls les livres lus en totalité durant la période seront pris en compte.
- Chaque lecture doit être chroniquée sur votre blog personnel ou dans une fiche sur le forum.
- Cette lecture commune peut être couplée à un autre challenge, pas de souci.

Petites suggestions de printemps :
- Un livre dans lequel le personnage principal reçoit ou offre un cadeau
- Un livre dont le titre commence par l’une des lettres du mot NEIGE
- Un livre avec une étoile sur la couverture, une couverture rouge ET verte, argentée ou dorée
- Un livre qui se déroule dans la nuit (car il fait nuit tôt en hiver)
- Un livre qui évoque la famille
- Un livre qui se déroule dans un pays nordique
- Un recueil de contes
- Et puis les éternels livres en lien avec le froid, la neige, les sports d'hiver, Noël, etc. ...

J'ai choisi Les frontières de glace, de Pierre Bottero, second tome de la saga La quête d'Ewilan qui là encore traîne dans ma PAL depuis des lustres. J'ai passé tout le second semestre à m'évertuer à avancer dans mes sagas, donc cela colle parfaitement à la fois au thème et à mes objectifs personnels. Alors, envie de nous rejoindre ? Ça se passe sur le forum (lien dans les partenaires) !

Plus d'informations

La Quête d'Ewilan, tome 2 : Les frontières de glace, de Pierre Bottero
Editions Le Livre de Poche (2012) - 272 pages - Support papier - Fantasy

En Gwendalavir, Ewilan et Salim partent avec leurs compagnons aux abords des Frontières de Glace pour libérer les Sentinelles garantes de la paix. Ils repoussent en chemin les attaques de guerriers cochons, d’ogres et de mercenaires du Chaos, résolus avec les Ts’liches à tuer Ewilan, mais se découvrent un peuple allié : les Faëls. Salim se lit d’amitié avec une marchombre aux pouvoirs fascinants, tandis qu’Ewilan assoit son autorité et affermit son Don. Mais pour prétendre délivrer les Sentinelles, elle devra d’abord percer le secret du Dragon.

Le secret de Crickley Hall, de James Herbert


Quand j’étais ado, je ne lisais que ça, que des livres dits d’horreur, avec des maisons hantées, des esprits torturés, des démons et autres joyeusetés du même genre. Et puis j’ai découvert d’autres littératures et c’est un genre que j’ai complètement négligé pendant des années. Je le redécouvre donc avec Le secret de Crickley Hall, de James Herbert, l’un des plus grands auteurs britanniques de fantastique, et le moins que l’on puisse dire, c’est que je suis retombée sous le charme avec une facilité déconcertante.

Le récit s’intéresse à la famille Caleigh. Il y a le père, Gabe, la mère, Eve, et les deux filles, Loren et Cally, de respectivement douze et cinq ans. Il y avait aussi un petit garçon, Cam, mais il a disparu lors d’une sortie au parc il y a un an de cela. Pour éviter à sa famille le traumatisme de ce premier anniversaire, Gabe profite d’un déplacement professionnel pour les emmener passer quelques mois dans le Devon, près de la petite ville côtière de Hollow Bay, au manoir de Crickley Hall. Seulement voilà, à leur arrivée, la maison paraît un peu austère, voire même sinistre, non ?

Bien que cela fasse des années que je ne me sois pas attelée à ce genre de littérature, il me semble que je peux affirmer sans me tromper que tout est très classique dans ce roman. J’ai pourtant adoré cette histoire ! J’ai d’emblée été fascinée par Crickley Hall et je me suis très vite attachée à cette famille. Gabe est ingénieur, c’est un sceptique dans l’âme qui se refuse à croire aux fantômes et aux maisons hantées. Eve est plus ouverte. La disparition de son fils l’a fragilisée, d’autant plus qu’elle n’a jamais pu faire son deuil, le décès de Cam n’étant pas avéré. Alors elle cherche “ailleurs” ce que la raison ne peut expliquer.

Il est question de hantise, bien sûr, et de ce qui se passe après la mort, deux thèmes chers à Herbert. Mais cela parle aussi d’antisémitisme et de folie, le tout baigné par les trombes d’eau qui s’abattent sur la région sans discontinuer. Et la météo est presque un personnage à part entière dans ce bouquin, tant elle instaure une atmosphère oppressante et un sentiment d’urgence sur la fin. Alors bien sûr, certains événements paraîtront très clichés aux habitués du genre, je n’en doute pas une seconde, mais je me suis laissée emportée avec un réel plaisir.

En résumé, un très bon moment de lecture, vraiment. L’écriture de James Herbert est juste parfaite : en quelques mots, il réussit à poser une ambiance sinistre à souhait et prend son temps, sans longueur, pour dénouer les fils d’une intrigue complexe. Bref, une super lecture pour le prochain Halloween !

Note : ★★★★

Plus d'informations

Le secret de Crickley Hall, de James Herbert
Editions Milady (2011) - 762 pages - Support papier - Fantastique & Horreur

Crickley Hall : une vieille demeure comme on n'en trouve que dans les régions reculées de l'Angleterre. Vaste et sinistre, elle a même l'air un peu menaçant. Lorsque Gabe et Eve Caleigh viennent s'y installer avec leurs deux petites filles, ils espèrent y trouver la paix, et tourner la page sur le terrible malheur qui a frappé leur famille. Mais quelque chose ne va pas... Bientôt des bruits inexplicables les arrachent au sommeil. Les enfants sont les seuls témoins d'étranges apparitions. Et, chaque matin, la porte de la cave est entrouverte alors qu'on l'avait fermée la veille. Cette maison est le dernier endroit que les Caleigh auraient dû choisir. L'horreur qui les y attend dépasse tout ce qu'ils pouvaient imaginer. Oserez-vous affronter le terrifiant secret de Crickley Hall ?