jeudi 21 juin 2018

L'homme aux cercles bleus, de Fred Vargas


Fred Vargas a reçu fin mai le prix Princesse des Asturies de littérature, pour l’ensemble de son œuvre, le jury estimant que son écriture de « portée universelle » avait permis la « revitalisation » du roman policier. Autant dire que je ne dois pas faire partie de l’univers ! L’homme aux cercles bleus était ma première incursion dans l’univers de cet auteur et je ne suis pas sûre d’y revenir. Entre un héros lunaire et un peu perché en lequel je n’ai pas réussi à me retrouver et une intrigue sans grand intérêt, je me suis ennuyée ferme.

Le récit s’attache aux pas du commissaire Jean-Baptiste Adamsberg. Personnage atypique, il se distingue par une nonchalance hors du commun et les petits dessins qu’il griffonne à longueur de journée sur des bouts de papier. Intuitif à l’extrême, il a le don d’agacer ses collègues et le lecteur aussi ! Or, dans la vie comme dans les livres, j’ai beaucoup de mal avec les gens mous comme ça, j’ai juste envie de leur taper dessus ! Alors ces 220 pages à lire ses introspections m’ont paru bien bien longues. Malheureusement, les personnages secondaires ne pas plus attachants : il y a Mathilde, une océanographe à moitié dépressive, Charles, l’aveugle aigri, et Danglard, flic lui aussi et père célibataire alcoolique. Quelle belle brochette !

A l’inverse, du côté de l’intrigue, ça partait pourtant bien. Cet homme mystérieux qui dessinait à la craie des cercles bleus sur les trottoirs de Paris m’intriguait beaucoup, tant il était évident qu’un cadavre allait finir par y apparaître. Mais que c’est long à venir ! Et puis en tant que lectrice de polars et thrillers en tous genres, j’aime beaucoup essayer de deviner l’identité de l’assassin, éprouver ma logique à celle de l’auteur. Mais quand, pour tout indice, on a l’intuition d’un flic qui voit « sourdre la cruauté des gens », les déductions ont vraiment l’air de sortir de nulle part. Et c’est valable jusqu’au dénouement qui m’a semblé bien tiré par les cheveux.

Pour finir, la plume de l’auteur est presque aussi atypique qu’Adamsberg lui-même, comme si Fred Vargas s’appliquait à coller à la bizarrerie de ses personnages. C’est peut-être le cas d’ailleurs. Certains parlent de poésie et si c’est le cas, alors je suis hermétique à cette sorte de poésie, de toute évidence. Au final, je suis complètement passée à côté de cette lecture. Je n’ai ressenti aucune empathie pour les personnages, je me suis ennuyée et je n’ai aucune envie de recommencer.

Note : ★★☆☆☆

Plus d'informations

L'homme aux cercles bleus, de Fred Vargas
Editions J'ai Lu (2008) - 220 pages - Support papier - Thrillers & Polars

"Victor, mauvais sort, que fais-tu dehors ?" Depuis quatre mois, cette phrase accompagne les cercles bleus qui surgissent la nuit, tracés à la craie sur les trottoirs de Paris. Au centre de ces cercles, prisonniers, un débris, un déchet, un objet perdu : trombone, bougie, pince à épiler, patte de pigeon... Le phénomène fait les délices des journalistes et de quelques psychiatres qui théorisent : un maniaque, un joueur. Le commissaire Adamsberg, lui, ne rit pas. Ces cercles et leur contenu hétéroclite sont de mauvais augure. Il le sait, il le sent: bientôt, de l'anodin saugrenu on passera au tragique.

samedi 16 juin 2018

Ambre, de Maxime Chattam


Je suis toujours un peu méfiante avec les prequels et les séries dérivées, cela me fait l’effet d’un filon qu’on s’efforce de rentabiliser au maximum et quand il s’agit de littérature, de cinéma ou même de séries télévisées, j’ai beaucoup de mal avec le concept. D’autant plus que je suis souvent déçue par ces productions. Bref, en l'occurrence, c’est bien ce dont il s’agit, profiter du succès de la saga Autre-Monde pour vendre ce petit livre où il est question de l’un des personnages clefs de la série : Ambre. La différence, l’énorme, la gigantesque différence, c’est que tous les profits des ventes de ce préquel iront à l’Unicef ! Et là, je dis oui !

On retrouve donc Ambre avant la Tempête. Une Ambre somme toute bien différente de celle de la saga, j’ai eu du mal à la reconnaître. C’est une jeune fille très solitaire qui vit pauvrement dans un mobil-home avec sa mère et son beau-père. En plus d’être un looser de première catégorie, ce dernier est une brute épaisse et la menace qui pèse sur Ambre, tant pour les coups que pour les sévices sexuels, est presque palpable. Pour échapper à cette triste réalité, vivre d’autres vies tout en se cultivant, l’adolescente se réfugie dans les livres. Terrifiée, de plus en plus mal dans sa peau, elle en vient bientôt à souhaiter la fin du monde, une apocalypse qui mettrait fin à ses tourments.

J’avais hâte de retrouver Ambre, un personnage emblématique de la saga dont le passé était resté assez mystérieux. Mais s’il est vrai que le récit de la vie de l’adolescente qu’on nous présente ici est poignant, je n’en ai pas moins eu beaucoup de mal à reconnaître la jeune fille déterminée de la saga. J’ai l’impression qu’au lieu de quelques semaines, il s’est passé des années entre le préquel et les événements de L’alliance des trois. Alors cela ne signifie pas que je n’ai pas aimé, entendons nous bien, mais j’aurais peut-être préféré que l’auteur choisisse un autre personnage, ou qu’il en invente un pour l’occasion.

Malgré tout, les thèmes abordés sont importants et bien choisis, en particulier pour un livre au bénéfice de l’Unicef. Mal-être adolescent, honte d’appartenir à une classe miséreuse et d’être en marge à l’école, solitude, besoin d’évasion, autant de sujets sensibles et d’actualité. Davantage que pour replonger dans Autre-Monde, un geste à faire pour la bonne cause - 1,50 € reversé à l’Unicef pour chaque livre acheté -, ou pour découvrir le récit touchant d’une petite fille terrifiée.

Note : ★★★☆☆

Plus d'informations

Autre-Monde, tome 0 : Ambre, de Maxime Chattam
Editions Le Livre de Poche (2018) - 170 pages - Support papier - Fantastique & Horreur

Ambre Caldero vit dans un mobil-home au milieu des bois. Sa mère n’est jamais là, préférant fuir. Son beau-père est une menace permanente. Mais elle a la lecture. Chaque page est une petite victoire sur la réalité. Chaque roman est une nouvelle vie qui lui redonne de l’espoir. Son imaginaire est devenu une béquille essentielle pour affronter le quotidien. Mais lorsque Ambre comprend qu’elle est la seule à s’intéresser aux étranges disparitions qui frappent Carson Mills, son meilleur allié devient son pire ennemi. L’explication de tous ces mystères serait-elle fantastique ? Ou son imagination lui joue-t-elle des tours ?

Site de l'auteur : http://www.maximechattam.com/blog/

jeudi 14 juin 2018

Rouille, de Floriane Soulas


On se retrouve aujourd’hui avec une chronique de Rouille, de Floriane Soulas. Il s’agissait de ma toute première incursion dans l’univers de cette autrice et je n’ai vraiment pas été déçue. C’est un roman steampunk, une uchronie qui fait la part belle aux extraordinaires machineries de la première révolution industrielle du 19e siècle, dont j’avais simplement vu la couverture et lu le quatrième de couverture sur Babelio. Il n’en fallait pas plus pour m’intriguer !

Floriane Soulas suit les pas de Violante, une jeune prostituée amnésique en quête de son passé. Dans un Paris surmonté d’un dôme de protection et survolé par les dirigeables, des prostituées et des enfants disparaissent, et leurs corps sont retrouvés atrocement mutilés. Face à cet affreux fléau couplé à la propagation d’une drogue qui rend plus dépendant que jamais, les autorités sont complètement démunies. Enfermée dans sa maison close, Violante, ou plutôt Duchesse pour ses clients, ne serait pas vraiment en danger si sa meilleure amie ne faisait partie des victimes et si elle ne se mettait en tête de retrouver son meurtrier.

Comment vous dire ? Je suis littéralement tombée sous le charme de cet univers. L’atmosphère sombre et brumeuse de ce Paris mécanique et toutes les belles idées de l’autrice pour réinventer les différents quartiers comme la Ferraille et ses occupants ou encore la Foire, la vie à cette époque, la provenance de la drogue dont le livre tire son titre ou encore les inventions de Jules... Les descriptions sont l’un des points forts de ce roman, c’est super bien fait, on n’a aucun mal à imaginer ou à s’immerger, tout tient parfaitement debout et c’est juste fascinant. Bon, il faut quand même avoir le cœur bien accroché sur certains passages, en particulier à la fin.

Je me suis également attachée aux personnages très facilement, que ce soit Violante, Jules ou même Léon le proxénète. On sent chez la jeune femme une certaine fragilité qui contrebalance la détermination sans faille dont elle fait preuve. Mais les personnages secondaires sont tout aussi intéressants, même si on sent venir la romance avec Jules à des kilomètres ! Elle n’est pas trop présente, heureusement. Louis, Léon, Feu sont également autant de personnages atypiques et passionnants. Sans parler de l’homme aux cheveux blonds qui enlève tout ce petit monde…

C’est un roman très riche, tant par son univers habilement construit que par ses personnages complexes et son intrigue addictive. La tension est présente jusque dans les toutes dernières pages et vous savez quoi ? C’est un coup de cœur, un vrai ! Un premier roman très sympathique qui donne envie de relire Floriane Soulas le plus vite possible.

Note : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥

Plus d'informations

Rouille, de Floriane Soulas
Editions Scrinéo (2018) - 384 pages - Support papier - Science-fiction

Paris, 1897. Les plus grandes puissances européennes se sont lancées à l’assaut de la Lune et de nouveaux matériaux découverts sur le satellite envahissent peu à peu la Terre. Ces grandes avancées scientifiques révolutionnent l’industrie et la médecine, mais pas pour tout le monde. Et dans les faubourgs, loin de l’hyper-centre protégé par le dôme sous lequel vivent les puissants, le petit peuple de Paris survit tant bien que mal. Violante est une prostituée sans mémoire, ignorant jusqu’à son âge réel. Dans un monde où son désir de vérité passe après celui de ses clients et de ses patrons, la jeune fille tente de retrouver la trace de ses origines perdues. Alors qu’une vague de meurtres particulièrement horribles ensanglante la capitale, Satine, son amie et seul soutien, disparait dans d’étranges circonstances. Violante, elle, se voit offrir une porte de sortie à ce demi-monde violent qui la retient prisonnière, mais décide malgré tout de prendre part aux investigations.

Site de l'auteur : https://florianesoulas.wordpress.com/

dimanche 3 juin 2018

Résultats du concours 100 J'aime Facebook


Ça y est, c'est terminé ! La main innocente de mon compagnon a tiré au sort ce matin l'heureuse gagnante de ce petit concours des 100 J'aime de la page Facebook d'eTemporel.

Je vous avais proposé trois romans. Quinze participations étaient nécessaires pour débloquer le deuxième lot, et trente pour débloquer le troisième. J'étais optimiste ! Aucun des deux n'aura pu être débloqué, il n'y aura donc qu'une seule gagnante. Elle remporte le thriller La fille sous la glace, de Robert Bryndza.

La glace a immortalisé sa jeunesse, sa beauté… et son mystère : qui était vraiment Andrea ? Victime ou manipulatrice ? Encore marquée par la mort en service de son mari, l’inspectrice en chef Erika Foster découvre son nouveau poste dans un commissariat de Londres. Premier jour, première affaire et non des moindres : le corps d’Andrea Douglas-Brown, fille d’un riche industriel, a été retrouvé dans le lac gelé du Horniman Museum de Forest Hill. Que faisait la jeune femme mondaine dans ce quartier mal famé ? Effondrée par la disparition d’Andrea, sa famille semble pourtant redouter ce que l’enquête pourrait dévoiler d’eux. Hasard ? Vengeance ? Crime passionnel ? Pour faire éclater la vérité, Erika Foster devra faire la lumière entre règne des apparences et sombres secrets.

Vous voulez son nom peut-être ? Il s'agit d'Isabelle ! Un grand bravo à elle, et un immense merci à tous les participants, ainsi qu'à toutes les personnes qui prennent la peine de me lire ici. Bon dimanche à tous et n'oubliez pas, keep calm and start reading !

jeudi 31 mai 2018

L'étrange cas du docteur Ravna et de monsieur Gray, de Cécile Duquenne


On se retrouve aujourd’hui avec un roman qui traîne dans ma PAL depuis au moins deux ans, L’étrange cas du docteur Ravna et de monsieur Gray, de Cécile Duquenne. Si j’adore la saga des Foulards Rouges, le premier tome des Nécrophiles Anonymes m’avait un peu laissée sur ma faim, ce qui ne m’encourageait pas à passer à la suite. J’ai décidé de profiter d’un challenge qui consiste à essayer de faire baisser un peu ma PAL papier pour m’y remettre. J’avais acheté cet exemplaire au salon Grésimaginaire de 2016, où Cécile me l’avait même dédicacé.

On retrouve Bob et Népomucène quelques temps après leurs aventures de Quadruple assassinat dans la rue de la morgue. Un peu secoué par les récents événements, Bob le vampire a décidé qu’il était temps de révéler son passé à son ami en l’autorisant à lire ses mémoires. Pour cela, il doit d’abord les récupérer auprès de ses plus vieux amis, et les voilà tous deux partis pour Paris dans cet objectif. Malheureusement une fois sur place, tout ne se passe pas exactement comme prévu. Un vampire, qui se fait appeler Dorian Gray, sévit dans la capitale et hypnotise ses congénères jusqu’à les faire changer de personnalité. Deux des amis de Bob en sont victimes, notre vampire ne peut décemment pas les abandonner !

J’ai beaucoup aimé le ton de ce nouvel opus. Résolument différent de celui du premier, il est bien plus sombre, plus intimiste aussi puisqu’on plonge au cœur des interrogations existentielles de Bob, plus sulfureux enfin avec l’entrée en scène de Dorian Gray. J’ai particulièrement apprécié ce dernier, auquel j’ai trouvé beaucoup de ressemblances avec son illustre original. Enfin, tout ce qui concerne les vampires, leur transformation, leurs dons, leurs failles et leur décrépitude mentale, tout cela m’a beaucoup intéressée. Je ne suis guère habituée à ce genre de littérature qui ne me passionne généralement pas, mais là, j’ai bien aimé. L’intrigue enfin a su me tenir en haleine, elle va bien au-delà de ce qu’elle paraît être. Seul bémol, les quelques coquilles qui persistent dans le texte.

Une suite très réussie, qui m’aura réconciliée avec cette saga. J’ai passé un chouette moment de lecture, et je ne mettrai sûrement pas autant de temps à lire la suite, Le dernier des Nephilim, elle aussi dans ma PAL. Ainsi, si vous aimez les vampires, les histoires sombres et sulfureuses, les intrigues bien ficelées et les jeunes auteurs dynamiques, laissez-vous tenter !

Note : ★★★★☆

Plus d'informations

Les Nécrophiles Anonymes, tome 2 : L'étrange cas du docteur Ravna et de monsieur Gray, de Cécile Duquenne
Editions Voy'[el] (2013) - 237 pages - Support papier - Fantastique & Horreur

« Qu’y a-t-il avant la mort ? » En tant que vampire, Bob n’échappe pas à certains doutes et ressent le besoin de retrouver ses plus vieux amis. Mais les réjouissances tournent court lorsqu’un certain vampire nommé Dorian Gray hypnotise Bob et en fait son pantin. Qui est vraiment Dorian ? Quel lien l’unit à Bob ? Entre hallucinations puissantes et rares moments de lucidité, le vampire va tenter d’éclaircir ce mystère, lié à ses origines inconnues… Népomucène, quant à lui, tente le tout pour le tout afin de ramener son ami à la raison. Parviendra-t-il à arracher Bob des griffes de Dorian ?

Site de l'auteur : https://cecileduquenne.com/