mardi 4 août 2020

VE.RI.TAS, de Isabelle Fourié


Sur eTemporel, les chroniques de romances se comptent sur les doigts d’une main. S’il y a bien un genre qui me fait sortir de ma zone de confort, c’est celui-ci. Je n’y peux rien, cela ne m’intéresse pas. Je m’y essaie de temps en temps, presque par accident, mais c’est rarement une réussite, surtout quand il n’y a pas de contexte. J’ai pourtant lu les deux premiers tomes de l’intégrale de la saga Le chardon et le tartan dont est adaptée la série Outlander et j’ai adoré, mais le contexte historique y est pour beaucoup et le personnage de Claire est une telle réussite qu’il est difficile de rester indifférent. En dehors de cela, les trois quarts du temps, je trouve les romances niaises et sans intérêt.

Ceci étant posé, il y a quand même des fois où la curiosité l’emporte sur la frilosité. Il se trouve que j’ai rencontré - virtuellement, s’entend - Isabelle Fourié sur un forum d’écriture. À l’époque, elle n’était pas encore éditée et elle écrivait des histoires à mi-chemin entre science-fiction, fantastique et fantasy. Il y traînait bien quelques petits zestes de romance, mais ce n’était pas le genre principal et elle me faisait voyager. Quand VE.RI.TAS est sorti l’année dernière, il était évident que je finirais par le lire, romance ou pas. Il m’a quand même fallu un an pour me décider à découvrir l’histoire d’Astrid et Léo.

C’est donc l’histoire de deux étudiants de Harvard. Astrid est française. Très introvertie suite à la mort de ses parents dans un accident de voiture quand elle avait neuf ans, elle veut prendre un nouveau départ. Léo est l’archétype du sportif américain, beau gosse et coureur de jupons. Il étouffe sous l’emprise d’une famille à tendance mafieuse carrément envahissante qui cherche à le marier. Alors quand il rencontre Astrid à bord de l’avion qui l'emmène à Harvard, il lui propose de jouer le rôle de sa petite-amie, pour de faux. Je vous le donne en mille, ça va partir en cacahuète !

J’ai détesté Léo dès les premières pages, il est juste insupportable ! Très imbu de lui-même, il considère les femmes comme de la chair fraîche et n’a d’autres mots à la bouche que baiser, bite, pétasse, putain et autres joyeusetés du même acabit. Pardon pour vos petits yeux mais très sincèrement, j’ai failli tout poser là et aller voir ailleurs. Au fil de l’intrigue, on se rend compte que c’est en partie une façade et un genre qu’il se donne. Il n’empêche, il ne m’a pas tellement fait fantasmer, pour le coup.

Heureusement, Astrid est beaucoup plus intéressante. Meurtrie, c’est une fille assez paradoxale qui fait des crises d’angoisse pour un rien tout en étant bien décidée à se débarrasser de toutes les casseroles qu’elle se traîne et à s’ouvrir à la vie et à l’amour, y compris physique. Elle m’a touchée d’emblée, tout comme les relations qu’elle entretient avec sa sœur aînée ou son amie Hannah. Son côté entier, fragile et en même temps déterminée. Pour moi, elle porte toute l’intrigue sur ses épaules et j’aurais nettement préféré qu’elle soit l’unique narratrice de cette histoire.

La plume d’Isabelle Fourié est agréable et fluide, même si j’aurais apprécié que l’intrigue familiale des deux protagonistes soit plus développée que leurs ébats amoureux. Pourquoi avoir attendu les toutes dernières pages pour nous expliquer ce qui sépare Astrid de sa grand-mère et Léo de la sienne ? C’est dommage, tout le contexte était là, ne demandant qu’à être développé, et on passe un peu à côté. Au final, un roman à réserver aux amateurs de romance pure, qui n’ont pas peur des scènes crues ni d’un peu de vulgarité et qui n’attendent rien d’autre… ben, qu’une romance, quoi ! 😉

Note : ★☆☆☆

Plus d'informations

VE.RI.TAS, de Isabelle Fourié
Editions Black Ink (2019) - 329 pages - Support numérique - Contemporaine (romance)

Bienvenue à Harvard. Hockeyeur vedette de l’équipe universitaire, Léo est le stéréotype de l’étudiant populaire. Beau, riche et arrogant, il est le fantasme de la gent féminine et use de son charme pour obtenir ce qu’il veut. Tout semble lui sourire. Pourquoi proposer un marché des plus étranges à la belle mais glaciale Astrid ? Pourquoi accepte-t-elle de jouer sans contrepartie sa petite amie factice ? Indubitablement attirés l’un vers l’autre, cette histoire va rapidement les dépasser. Les mensonges derrière lesquels ils se cachent résisteront-ils bien longtemps ? La vérité brisera-t-elle ce lien inattendu mais si particulier qui les unit ?

Le site de l'auteur : https://isabellefourie.home.blog/

2 commentaires:

  1. Mince, c'est sur que détester le héros dans ce genre de roman ça n'aide pas!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr ! Après, je ne m'attendais pas à adorer, ce n'est pas du tout le genre de roman que j'apprécie généralement. J'ai voulu tenter, mais ce n'est pas ma tasse de thé, disons.

      Supprimer