vendredi 27 avril 2018

La floraison, de Céline Landressie


De la bit-lit sur eTemporel ? Oui, tout arrive ! Il faut bien reconnaître que ce n’est pas mon genre littéraire de prédilection, mais j’avais gagné ce roman en participant aux Vampires et Sorcières Awards et il traînait dans ma PAL depuis des années. Il était plus que temps de l’en sortir, et je me suis laissée charmée par cette histoire à mi chemin entre littérature historique et fantastique. Au point d’avoir ajouté la suite dans ma wishlist, si si !

Nous sommes à la fin du XVIè siècle. Rose est la fille d’aristocrates anglais en exil à Rouen, elle a 27 ans et au grand dam de ses parents, repousse toutes leurs tentatives pour la marier. Jusqu’au jour où elle fait la connaissance du mystérieux Artus de Janlys. J’imagine d’ici la tête des habitués du blog qui doivent se demander ce qui m’arrive ! Mais bien que la première partie soit en effet centrée sur les premiers émois amoureux de la demoiselle et de sa meilleure amie, deux choses ont titillé mon intérêt et maintenu mon attention.

L’aspect historique, pour commencer. Le récit prend place sous Henri IV, à la fin des guerres de religion entre Catholiques et Protestants. Entre trahison et complot, le cadre est posé et apporte toute la consistance et la crédibilité voulues à cette intrigue. L’ambiance est également très bien rendue, les descriptions sont immersives et la manière désuète dont s’expriment les personnages nous plonge un peu plus au XVIè siècle. Rose est une femme attachante dont l’évolution sonne juste d’un bout à l’autre du récit. C’est d’ailleurs cette justesse de ton qui m’amène à la deuxième chose que j’ai appréciée dans ce roman, l’intrusion du fantastique.

Evidemment, en tant que lectrice du XXIè siècle, il est difficile, pour ne pas dire impossible, de ne pas anticiper sur l’identité du comte de Janlys. Mais du point de vue de Rose, les choses sont tout de suite beaucoup moins évidentes et j’ai beaucoup aimé la manière dont elle découvre peu à peu à la fois le complot ourdi par/contre son père mais aussi le monde de la nuit, ses créatures et sa magie. Ainsi, la seconde partie du roman est nettement plus sombre que la première. Maudite, Rose n’aspire plus qu’à la vengeance avant d’en finir avec cette nouvelle vie qu’elle honnit. Cela va jusqu’à la romance qui prend une tournure beaucoup moins mièvre.

Au final, j’ai beaucoup aimé ce roman, dont j’ai très envie de découvrir la suite. La plume de Céline Landressie est très agréable, riche sans être lourde, et elle mêle habilement l’Histoire avec un grand H et le fantastique. L’atmosphère est très réussie et la romance sait se faire oublier au profit d’une intrigue très sympathique. Une très belle découverte !

Note : ★★★★★

Plus d'informations

Rose Morte, tome 1 : La floraison, de Céline Landressie
Editions Milady (2015) - 587 pages - Support papier - Bit-lit & Chick-lit

France, fin du XVième siècle. C’est dans ce pays en proie à de terribles dissensions religieuses que se réfugient les Greer, fuyant l’Angleterre élisabéthaine. Eileen, seule enfant du comte, est une jeune femme vive et de caractère. Mais son âge avance, et son père la met au pied du mur : elle doit se marier. Et c’est en faisant tout pour éviter cette terrible obligation à l’aide de sa fidèle amie Charlotte que Rose fera connaissance d'Artus de Janlys. Le séduisant et mystérieux comte l’entraînera dans un univers dont elle ne soupçonnait pas l’existence, où les crimes terribles qui secouent Paris trouveront une explication apparemment inconcevable, mais bel et bien réelle...

Site de l'auteur : http://celinelandressie.fr/

6 commentaires:

  1. Décidément nous n'avons pas eu du tout la même vision de ce roman. Si je suis d'accord avec toi sur le contexte historique, j'ai trouvé que Rose n'avait pas du tout l'attitude d'une jeune femme de l'époque.
    Quand à la plume de Céline Landressie, elle m'a très vite ennuyée à force de vouloir faire des effets inutiles.
    De plus, en grande lectrice de fantastique j'ai trouvé l'intrigue tellement prévisible, qu'elle n'a pas réussi à m'accrocher.
    Bref, contrairement à toi, je n'ai pas l'intention de lire le tome 2 et je trouve toujours curieux qu'on puisse avoir des visions si différentes sur un même roman. Mais c'est aussi ce qui rend l'échange intéressant :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'une manière générale, on a souvent des avis très différents. Nous n'avons ni la même expérience ni les mêmes attentes, donc c'est bien normal.

      Je ne lis que très peu de bit-lit (c'est le quatrième roman en sept ans d'existence du blog pour te donner une idée) alors mon expérience sur le sujet est inexistante. Je n'ai donc forcément pas les mêmes exigences que quelqu'un qui a l'habitude. J'ai été charmée par le contexte historique et j'ai trouvé les réactions de Rose par rapport aux vampires assez naturelles. Pour le reste, je me suis laissée porter.

      Une chose est sûre, c'est bien agréable d'être novice dans un genre et d'avoir la chance de se laisser charmer sans tout un vécu derrière qui rend morose et super exigeant. Je connais ça en fantasy et/ou thriller et c'est parfois bien pesant.

      Supprimer
    2. Je crois qu'en effet, il y avait une partie du manque de surprise. Mais aussi beaucoup d'attente de ma part pour ce roman sur lequel j'avais lu des avis excellents, ce qui renforce l'impression mitigée quand on n'adhère pas.

      Supprimer
    3. Rah, ce phénomène aussi, je le connais bien, c'est terriblement frustrant !

      Supprimer
  2. J'avais eu un coup de coeur pour ce premier tome! Ça me rappelle qu'il faudrait que je lise le tome 4 :)

    RépondreSupprimer