samedi 4 mars 2017

Phobos 3, de Victor Dixen


On se retrouve aujourd’hui pour parler du troisième volume d’un diptyque devenu tétralogie ! Phobos 3 est sorti en fin d’année dernière, et le Père Noël, qui sait combien Victor Dixen est un auteur cher à mon cœur de lectrice, me l’avait discrètement déposé sous le sapin ! J’ai profité d’une petite semaine de vacances à la neige pour me reconnecter sur la chaîne Genesis, voir ce qu’il advenait des pionniers de la planète Mars. J’avais adoré le premier opus et la manière dont il mettait en avant les dérives de la télé-réalité, mais un peu moins le second auquel j’avais trouvé pas mal de longueurs. Alors qu’en sera-t-il du troisième ?

On retrouve Léonor là où on l’avait laissée à la fin du tome précédent, suite à une terrible révélation au sujet de Marcus. Déjà à ce moment-là, on se doutait bien que cette dernière allait avoir d’énormes conséquences sur le groupe et sa cohésion, mais peut-être pas à ce point. Toute la première partie du roman lui est consacrée, et on assiste, impuissant, à l’anéantissement des relations entre les pionniers. En parallèle, on continue de suivre ce qui se passe sur Terre, où Serena McBee étend de plus en plus son influence, et où Andrew et Harmony ont fort à faire pour lui échapper. La tension monte encore et encore, et on se surprend à craindre pour tous nos héros.

A raison, car Victor Dixen ne les épargne pas. Tous n’en sortiront pas indemnes, c’est une évidence. J’ai particulièrement apprécié cet aspect des choses - même si je dois avouer que le sort réservé à Kenji m’a plongée dans un abîme de perplexité -, le contraire aurait manqué de crédibilité. Tout se délite. A New-Eden, les vestes se retournent, tandis qu’une étrange maladie s’empare de l’une des pionnières et qu’Alexei s’impose en chef suprême. Sur Terre, sous l’impulsion de Serena et de sa soif démesurée de pouvoir, les États-Unis deviennent un vrai état dystopique, plongeant dans une nouvelle guerre glaciale avec la Russie, comme en un douloureux écho à notre réalité.

Si le second tome m’avait autant déçue, c’est essentiellement parce que son intrigue était centrée sur la romance adolescente entre les prétendants. Victor Dixen corrige ici le tir, et aborde des sujets sensibles et passionnants. Le dénouement n’est rien moins que haletant et je l’ai littéralement dévoré. L’urgence est presque palpable, mais les émotions sont aussi au rendez-vous. Une fin qui se suffirait presque à elle-même, et je croyais d’ailleurs que c’était le cas. Mais on me souffle dans l’oreillette qu’un 4e tome est attendu à l’automne. Je l’espère aussi bon que celui-ci, et me surprend à l’attendre à nouveau avec impatience !

Note : ★★★★☆

Plus d'informations

Phobos, tome 3, de Victor Dixen
Robert Laffont (R) (2016) - 620 pages - Support papier - Ados & YA

Fin du programme Genesis dans 1 mois… 1 jour… 1 heure… Ils sont prêts à mentir pour sauver leur peau. Ils sont les douze naufragés de Mars. Ils sont aussi les complices d'un effroyable mensonge. Les spectateurs se passionnent pour leur plan de sauvetage, sans se douter du danger sans précédent qui menace la Terre. Elle est prête à mourir pour sauver le monde. Au risque de sa vie, Léonor est déterminée à faire éclater la vérité. Mais en est-il encore temps ? Même si le compte à rebours expire, il est trop tard pour renoncer.

Site de l'auteur : http://victordixen.com/accueil

2 commentaires:

  1. " même si je dois avouer que le sort réservé à Kenji m’a plongée dans un abîme de perplexité " Je suis d'accord avec toi pour le coup! Je pense que c'est ma plus grosse déception :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben c'est surtout qu'on ne comprend pas l'intérêt de la chose, en fait ! J'en suis encore à me demander ce qu'il lui a pris !!! Merci de ton passage Lunayia ! :-)

      Supprimer