samedi 11 juillet 2020

In the after, de Demitria Lunetta


Vous avez lu Bird Box, de Josh Malerman ? Eh bien, en commençant In the after, de Demitria Lunetta, je m’attendais un peu à lire le même genre d’histoire. Une jeune femme et une enfant cloîtrées dans leur maison pour échapper à des créatures affamées qui rôdent à l’extérieur. Au début, on n’en est pas si loin, la qualité en moins mais j’y reviendrai, et puis l’intrigue bascule insidieusement vers autre chose...

C’est l’histoire d’Amy, une survivante. Lorsqu’Ils ont débarqué et déferlé sur le monde pour dévorer la majeure partie de l’espèce humaine, elle était seule chez elle. Ses parents ne sont jamais revenus. Elle a dû encaisser le coup d’abord, puis apprendre à se débrouiller. Sans faire le moindre bruit, car ils ont une ouïe sur-développée et accourent au moindre son. Une chance, sa maison est protégée par un grillage électrifié et équipé de panneaux solaires ! Au cours d’une sortie à la recherche de nourriture, elle fait la connaissance d’une petite fille qui a l’air tout aussi isolée qu’elle et décide de la ramener chez elle.

La première partie du livre relate comment les deux filles, devenues aussi proches que des sœurs, vont ainsi survivre pendant trois ans. Très honnêtement, c’est celle qui m’a le moins plu, le hasard faisant un peu trop bien les choses, au détriment de la crédibilité. Et puis soudain, elles vont rencontrer d’autres survivants et c’est alors que le récit bascule dans la dystopie, devenant nettement plus passionnant. Car cette nouvelle communauté est beaucoup trop belle pour être honnête. Amy réalise bientôt qu’elle n’est d’ailleurs pas si belle et que cette société s’est reconstruite au dépens de pas mal de libertés.

Les péripéties s’enchaînent et on se surprend à tourner les pages presque sans s’en apercevoir. Alors il est vrai que l’intrigue est assez classique et attendue, certaines choses sont clairement prévisibles et pourtant, cela ne fonctionne pas si mal. Parce qu’il y a des choses qu’on ne comprend pas, qu’on ne devine pas, et qu’on a finalement très envie de savoir ! En outre, l’autrice nous offre une réflexion intéressante sur les dérives d’une société uniquement préoccupée par la survie, au dépens des libertés individuelles comme choisir un métier, ou encore quand et avec qui faire des enfants.

Le dénouement ouvre des perspectives intéressantes et j’avoue que j’ai bien envie de savoir comment ça va tourner, ce que je n’aurais pas parié à l’issue de ma lecture de la première partie. Alors, vous laisserez-vous tenter par une lecture sympathique et fluide pour commencer l’été ?

Note : ★★★☆

Plus d'informations

In the after, tome 1, de Demitria Lunetta
Editions Lumen (2014) - 410 pages - Support numérique - Ados & YA

Ils entendent le plus léger des bruits de pas… Ils sont plus rapides que le plus dangereux des prédateurs… Et leur traque ne prendra fin qu’à votre dernier souffle ! Amy est devant sa télévision quand le pire se produit, quand ILS attaquent. New York, Paris, Tokyo… Des créatures sans pitié déferlent, et dévorent les humains. Personne ne sait d’où ils viennent mais une chose est sûre : la population de la planète décroît dramatiquement en quelques jours à peine. À l’abri de la grille électrifiée de sa maison, Amy parvient à leur échapper… mais pour combien de temps ? Elle qui a perdu tous les siens parvient tout de même à recueillir Baby, une petite fille qui a miraculeusement survécu aux crocs acérés des nouveaux maîtres du monde. Trois ans qu’elles survivent en autarcie, quand d’autres survivants commencent à se manifester. Elles pensent que leur enfer est terminé… mais il ne fait que commencer !

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire