dimanche 10 mai 2020

Marquer les ombres #2, de Veronica Roth


On ne présente plus Veronica Roth, l’auteur de la saga Divergente dont j’avais beaucoup apprécié le premier tome. Avec Marquer les ombres, c’est presque dans le space-opera qu’elle nous embarque cette fois. Paru en 2017 chez Nathan, le premier volume m’avait laissé une impression un peu mitigée : c’était clairement un tome d’introduction de l’univers et des personnages et il recelait pas mal de longueurs. J’attendais donc beaucoup de cette suite qui a rejoint ma PAL en fin d’année dernière.

On retrouve Akos et Cyra là où on les avait laissés, en fuite à bord d’un vaisseau, emportant avec eux le dictateur Ryzek Noavek, frère de Cyra. Mais au moment où l’on pourrait croire le peuple shotet enfin libéré du joug tyrannique de sa famille régnante, voilà que resurgit Lazmet Noavek, le père, que tout le monde croyait mort ! Un vrai danger pour la galaxie. L’Assemblée décide alors de profiter de ce retour impromptu pour anéantir tout un peuple…

Vous l’aurez compris, la politique tient une place importante dans ce second tome. Les Shotet sont un peuple de guerriers, un peuple sans réelle patrie, habitué à lutter pour se faire une place. Des migrants du futur, en somme, dont il faut se débarrasser. Marionnette de l’Assemblée, la chancelière Isae Benesit, encore sous le coup du décès de sa sœur, lance une offensive contre le vaisseau shotet, assassinant des milliers d’innocents. Lazmet Noavek ne manque pas de répondre à la provocation et en représailles, il annihile une ville sur Thuvhé et tous ses habitants. La guerre est déclarée et nos deux héros vont bien évidemment se retrouver impliqués.

Le rythme est bien plus dynamique que dans le premier tome, on ne s’ennuie pas une seconde et ce n’est pourtant pas au détriment de jolis moments d’introspection et d’émotion. Cyra et Akos, tiraillés par leurs destins respectifs, se débattent dans une situation sur laquelle ils semblent n’avoir aucune prise. Ils mettent leur relation en péril mais aussi et surtout leurs vies. Cisi, la sœur d’Akos, qui suit les pas de la chancelière Benesit apporte un point de vue très intéressant sur la situation diplomatique et toutes les manipulations politiques entre les planètes. Et toujours ces dons omniprésents pour donner un peu de magie à l’ensemble… C’est plutôt bien fait.

Si j’ai trouvé la fin un peu rapide, j’ai néanmoins passé un bon moment en compagnie de Cyra et Akos. Ce sont deux héros plutôt attachants, entourés d’une galerie de personnages secondaires intéressants. L’univers et sa magie sont passionnants, les intrigues politiques très présentes mais pas ennuyeuses, les retournements de situation nombreux. Une lecture dépaysante et divertissante tout à la fois.

Note : ★★★☆

Plus d'informations

Marquer les Ombres, tome 2, de Veronica Roth
Editions Nathan (2018) - 464 pages - Support papier - Science-fiction

Les vies de Cyra Noavek et d'Akos Kereseth sont dirigées par leurs destins, révélés par les oracles à leur naissance. Ils sont amoureux, mais leurs peuples sont ennemis, et le destin d'Akos est implacble : il doit mourir au service de la famille Noavek. Or le père de Cyra, le tyran Lazmet Noavek, que tout le monde croyait mort, est de retour pour réclamer le trône. Alors que Lazmet déclenche une guerre sanglante, Cyra et Akos se dressent contre lui, dans une tentative désespérée pour l'arrêter. Quitte, pour Cyra, à ôter la vie de son père. Quitte, pour Akos, à donner la sienne. Ils vont découvrir à quel point leurs destins déterminent leurs vies, d'une manière qu'ils ne soupçonnaient pas.

Le site de l'auteur : https://veronicarothbooks.com/

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire