vendredi 16 février 2018

L'enfant de mon mari, de Deborah O'Connor


Une petite fille assassinée, un petit garçon enlevé… Le quotidien d’Heidi et Jason est loin d’être toujours gai. Ils semblent pourtant avoir réussi à trouver une espèce d’équilibre, et leur couple ne fonctionne pas si mal. Jusqu’à ce qu’Heidi croit reconnaître Barney, l’enfant de son mari, en entrant par hasard dans une épicerie à quatre-vingt kilomètres de chez elle... Tel est le point de départ de ce nouveau thriller de Deborah O’Connor, obtenu lors d’une récente Masse Critique de Babelio. Un thème et un résumé qui m’avaient d’emblée intriguée. J’étais curieuse de découvrir comment l’auteur allait traiter le poids de ces terribles absences.

On entre dans le vif du sujet dès les premières pages. Heidi et Jason forment un couple à part. La première n’a plus aucune illusion, le corps de sa fille a été retrouvé après son enlèvement et elle essaie désespérément de vivre avec cette perte. Le second en revanche reste dans l’expectative, son fils a disparu depuis cinq ans, mais il refuse d’envisager qu’il puisse ne pas être retrouvé. Bien que leurs situations soient différentes, leur détresse commune est presque palpable et sous la façade d’une vie normale, on sent bien qu’ils se trouvent au bord du précipice. Et tout bascule quand Heidi croit reconnaître Barney. Dès lors, cela va devenir pour elle une véritable obsession.

Et pour nous le début de la déception ! Car à partir de là, elle va perdre tout sens commun. Bien qu’elle ait emmené Jason sur les lieux et que ce dernier lui ait affirmé que cet enfant n’était pas son fils, la voilà qui se met en tête d’enquêter toute seule, en cachette de son mari, de la police et des principaux intéressés, à savoir cette famille qui n’a rien demandé. Les choses vont tellement loin qu’on n’y croit pas une minute, ou alors elle est complètement débile ! Sans réfléchir aux conséquences de ce qu’elle fait, elle agit de manière irrationnelle et met tout en péril, son couple, son travail, son intégrité, sa vie, pour un petit garçon qu’elle n’a jamais vu que sur des photos vieilles de cinq ans, quand lui-même n’en avait que trois.

Malgré tout, certains passages ne sont pas dénués d’émotion. L’auteur aborde des thèmes intéressants, le rapport à la presse ou encore le désintérêt des autorités au fur et à mesure que le temps passe et que s’amenuisent les chances de retrouver Barney. Mais l’agacement suscité par Heidi balaie tout ça et le dénouement, dérangeant, ne fait qu’ajouter à l’aspect incohérent de l'ensemble. Les agissements d’Heidi n’en paraissent que plus vains, voire même carrément malsains. C’est dommage car cette histoire avait du potentiel, mais en développant certains passages à la limite de la parodie aux dépends d’autres beaucoup plus prégnants, l’auteur l’a laissée lui échapper. Une déception.

Note : ★★★☆☆

Plus d'informations

L'enfant de mon mari, de Deborah O'Connor
Editions Presses de la cité (2018) - 351 pages - Support papier - Thrillers & Polars

Heidi et Jason ne sont pas un couple comme les autres. Ils se sont rencontrés dans un groupe de soutien pour parents dont les enfants ont disparu. Elle a perdu sa fille Lauren assassinée à seulement douze ans. Il cherche son fils, Barney, disparu à l’âge de trois ans. Cinq ans plus tard, Heidi aperçoit un petit garçon qui ressemble étrangement à Barney. Et même si Jason pense à une simple coïncidence, Heidi s’accroche à sa conviction et ne peut s’empêcher de fouiner. L’enfant aperçu est-il réellement Barney ou Heidi est-elle simplement devenue folle ?

2 commentaires:

  1. C'est exactement ça ! Il y a des choses sympas mais Heidi est vraiment insupportable !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dommage, car le point de départ était vraiment chouette, mais à trop en faire, elle perd toute crédibilité !

      Supprimer