vendredi 23 juin 2017

La malédiction d'Ariane, de Rose P. Katell


Après plusieurs semaines passées dans l’incroyable univers de Brandon Sanderson, on se retrouve en cette veille de week-end dans celui de Rose P. Katell, auteur auto-édité assumé et confirmé. Avec La malédiction d’Ariane, c’est une incursion dans le monde des sorcières que Rose nous propose ici. Un agréable roman jeunesse aux saveurs épicées de magie, qui fait la part belle aux adolescents courageux et déterminés.

La malédiction d’Ariane, c’est l’histoire de Cassie, adolescente orpheline qui, depuis la disparition de ses parents, vit seule avec son frère aîné. Elle traîne son mal-être sur les bancs du lycée où elle s’ennuie au-delà de ce qui devrait être permis ! Un peu renfermée, elle n’a qu’une véritable amie, Laura, qui a su la soutenir aux moments les plus difficiles de sa vie. Mais à la veille de ses seize ans, voilà que resurgit un rêve qu’elle fait périodiquement depuis l’enfance dans lequel elle assiste, impuissante, au suicide d’un inconnu. Une voix la presse d’intervenir et de le sauver. Lorsque cet homme fait soudain irruption dans la vraie vie et qu’elle réalise être la seule à le voir, Cassie se rend compte que cela ne peut plus durer.

Voilà le point de départ de cette histoire. Les héroïnes des romans jeunesse ont tendance à me taper sur les nerfs, elles sont souvent capricieuses et persuadées de tout savoir sur tout. Des adolescentes dans toute leur splendeur, en somme ! Rassurez-vous, ce n’est pas du tout le cas de Cassie, elle est beaucoup plus nuancée que cela. Elle ne comprend bien évidemment pas ce qui lui arrive, et même si son premier réflexe est de se replier sur elle-même, elle sait faire preuve de suffisamment d’humilité pour accepter de l’aide. Celle de Logan pour commencer, un garçon de son lycée qu’elle n’avait jamais fréquenté ; celle de sa grand-mère ensuite, avec laquelle elle s’était pourtant brouillée ; et pour finir celle de Laura même si elle aurait préféré ne pas l’impliquer.

Cassie est clairement le personnage central du récit. Pourtant, ceux qui l’entourent sont également plutôt bien construits, de son frère aîné Miguel à Logan en passant par sa grand-mère. Petit bémol peut-être à propos de Laura, que j’aurais aimé découvrir plus avant, mais c’est juste histoire de trouver quelque-chose à redire ! Malgré certains thèmes assez récurrents à la littérature adolescente, comme le deuil, l’amour et l’amitié, Rose fait preuve d’originalité en bâtissant son récit à cheval entre le monde des rêves et le nôtre. La malédiction d’Ariane est un roman qui se lit très vite, presque d’un seul souffle. C’est plaisant et la balade, un poil prévisible, se révèle néanmoins distrayante et agréable. Un ouvrage que je recommande bien volontiers pour agrémenter votre été !

Note : ★★★★☆

Plus d'informations

La malédiction d'Ariane, de Rose P. Katell
Auto-édité (2017) - 376 pages - Support numérique - Ados & YA

Cassie a un secret. Depuis la mort de ses parents, elle est hantée par un cauchemar. Chaque nuit ou presque, elle voit un homme se jeter sous un train et entend une mystérieuse voix l’implorer de lui venir en aide. Hélas, elle n’y parvient jamais… Jusque-là sans conséquence, ce rêve prend une tout autre réalité quand le train qui amène sa grand-mère, avec qui elle s’est brouillée par le passé, se révèle être celui qui percute cet individu. Les choses se compliquent encore plus quand Cassie réalise qu’elle seule a assisté à l’incident et qu’il n’y en a aucune trace. Incapable d’oublier ce qu’elle a vu, intriguée par sa grand-mère qui semble au courant pour son cauchemar, elle décide d’enquêter. Qui est cet homme ? Pourquoi est-elle la seule à pouvoir le voir ? Et que sait exactement sa grand-mère ? Autant d’énigmes qu’elle va s’efforcer de résoudre.

Site de l'auteur : http://rose-p-katell.eklablog.com/

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire