jeudi 14 juillet 2016

Les terres interdites, de Jean-Sébastien Guillermou


« Vois la tortue comme elle est ronde, sur son dos repose le monde. Son esprit, quoique lent, est toujours très gentil, il tient chacun de nous dans ses nombreux replis. » Certains d’entre vous auront peut-être reconnu cet extrait issu d’un ouvrage de Stephen King que j’ai lu quand j’étais très jeune, et qui m’avait à l’époque fait forte impression : Ça. Il se trouve que j’en ai gardé pour la tortue une affection toute particulière, assortie de l’impression d’avoir à faire à un animal noble et plein de bonté. Oui, et alors ? Quel est le rapport avec l’Escroc-Griffe et son équipage de bras cassés ?

Aucun, en réalité ! Si ce n’est cette fameuse tortue, représentée en couverture de ce premier tome intitulé Les terres interdites, qui m’a donné envie de lire cet ouvrage. Comme quoi, ça se joue à pas grand-chose, parfois. Mais venons-en à nos pirates... Caboche est orphelin. Après s’être évadé de l’orphelinat qui voulait faire de lui un soldat, il se met en quête de son père, et se retrouve presque par mégarde à bord de l’Escroc-Griffe, brick-goélette sous le commandement d’un chasseur de trésors du nom de Bretelle. S’ensuit une aventure pour le moins rocambolesque au cours de laquelle nos apprentis pirates, pourchassés par l’Amiral-Fantôme, vont se mettre en quête d’artefacts magiques jusqu’aux confins du Monde-Fleur.
Caboche, par Céline Lacomblez

Le point fort de ce roman réside indéniablement dans son univers et les créatures qui le peuplent. L’imagination de l’auteur est foisonnante, et je suis tombée sous le charme de cette petite pointe de steampunk dont il assaisonne son texte, qui m’a rappelé Chris Wooding dans une certaine mesure. L’intrigue, un rien loufoque, s’avère pleine de péripéties, le rythme est endiablé, on n’a vraiment pas le temps de s’ennuyer. J’ai envie de dire que c’est la lecture d’été par excellence, sans prise de tête, de l’aventure à l’état pur. Les personnages eux-mêmes participent grandement à la bonne humeur qui se dégage de cette histoire : ils ne se prennent pas au sérieux, et certains sont de véritables catastrophes ambulantes !

Un petit bémol à ce bel enthousiasme, cependant : tout va trop vite. Car pour capturer le lecteur, et ne surtout pas le laisser filer, ce pauvre diable, il manque un brin d’émotion à tout ça. L’auteur ne s’appesantit pas assez sur les différents peuples et créatures croisées par nos héros, sauf peut-être dans les marais, et j’ai adoré découvrir cette peuplade, ses croyances et ses coutumes. Il ne s’arrête pas non plus suffisamment sur les événements tristes qui jalonnent cette aventure, car tout n’est pas drôle et rose dans cette histoire, il y a des morts, n’en doutez pas. C’est un peu dommage car on a parfois l’impression de survoler d'un peu trop haut les événements.

Mais le retournement de situation final a de quoi convaincre les plus récalcitrants de se lancer dans la suite, Les feux de Mortifice, c’est la bonne nouvelle. Un bon moment de détente pour tous les matelots de l’été, régalez-vous !

Note : ★★

Plus d'informations

Les Pirates de l'Escroc-Griffe #1 : Les terres interdites, de Jean-Sébastien Guillermou
Éditions Bragelonne (2015) - 449 pages - Support numérique - Fantasy

Lorsque Caboche, après s’être enfui de l’orphelinat militaire, part à la recherche de son père, il ne s’attendait certainement pas à rencontrer la compagnie de L’Escroc-Griffe et encore moins à monter à bord de leur bateau ! Connu pour n’avoir jamais réussi un abordage, l’équipage de Bretelle, vieux capitaine désabusé, ressemble plus à la troupe d’un cirque qu’à une bande de pirates. Mais Caboche va les entraîner dans un voyage rocambolesque sur les Mers Turquoises, à la recherche d’un trésor mythique. Une quête dangereuse puisqu’ils sont pourchassés par l’invincible et immortel Amiral-Fantôme, et qui les mènera jusqu'aux confins du Monde-Fleur, aux abords des mystérieuses Terres Interdites...

Site de l'auteur : https://escroc-griffe.com/

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire