lundi 6 avril 2015

Rébellion

Le secret de l'inventeur #1, de Andrea Cremer

Editions Lumen (2015)
Format broché, 407 pages
Ados et YA

Imaginez un monde où l'Empire britannique aurait écrasé la rébellion qui a donné naissance aux États-Unis d'Amérique... Dans ce XIXe siècle alternatif, Charlotte, seize ans, vit loin de ses parents, descendants des révolutionnaires américains, qui continuent la lutte contre les sous-marins et les machines volantes de Britannia. Entourée d'autres fils et filles de la rébellion, elle habite dans un réseau de grottes souterraines non loin de la ville flottante de New York, où les artisans de la Ruche et les ouvriers de la Grande Fonderie côtoient l'aristocratie des vainqueurs. Un matin, elle croise dans la forêt un garçon amnésique, poursuivi par les machines de l'Empire, et lui sauve la vie. Mais quand elle le ramène dans les Catacombes, où elle attend comme tout le petit groupe d'amis qui l'entoure de rejoindre la lutte quand elle atteindra sa majorité, l'équilibre de son existence est bouleversé : parmi ses compagnons, tous ne sont pas ce qu'ils prétendent être, et l'existence de ce mystérieux garçon fait peser sur la rébellion une terrible menace... Des décharges de métal de l'Empire, infestées de rats d'acier, aux salons opulents de la noblesse, en passant par les méandres labyrinthiques de la Guilde des inventeurs, Charlotte est contrainte de quitter son refuge pour partir explorer le vaste monde !

Ma chronique
Nous sommes en 1816, les guerres napoléoniennes viennent de prendre fin en Europe, et l'empire britannique est sur le point de prendre l'ascendant sur l'ensemble de l’hémisphère occidental. La guerre d'indépendance fait rage en Amérique du nord, et Andrea Cremer nous transporte dans un univers alternatif où les Anglais ont étouffé la révolution et où les États-Unis n'ont donc jamais vu le jour. Nous suivons un petit groupe d'adolescents et de jeunes adultes, dont certains ne sont pas encore tout à fait assez vieux pour rejoindre la résistance, mais qui tous affrontent la tyrannie sanguinaire de l'empire, et luttent pour leur survie.

Ce qui m'a d'emblée attirée vers cet ouvrage et donné envie de le lire, c'est l'aspect steampunk vanté par son éditeur. Rébellion se déroule dans un univers fascinant, que son auteur qualifie elle-même de « bourré d'appareils, de machines et d'armes aussi fantastiques qu'effrayants ». Cuivre et acier, engrenages et leviers, submersibles et dirigeables, machineries en tous genres... Andrea Cremer a su créer un univers steampunk étonnant mais surtout très cohérent et abouti. Tout y passe, les décors petits et grands, les transports, les armes, les plus petits objets de la vie quotidienne, tout est passé à la moulinette steampunk, pour notre plus grand bonheur. Je suis littéralement tombée sous le charme ! Mais ce n'est pas le seul atout de ce roman.

En effet, Rébellion est aussi une uchronie qui revient sur une période extrêmement importante de l'histoire de l'Amérique du nord, celle de la guerre d'indépendance. A travers ses jeunes héros, l'auteur fait l'éloge de tous ces hommes et ces femmes courageux qui se sont un jour dressés contre oppression, qui ont lutté et luttent encore par endroits pour la liberté. N'ayez crainte cependant, aucun trait moralisateur dans tout ça. Le sujet est traité avec dynamisme et porté par des personnages terriblement attachants, au caractère bien trempé. Le style est fluide et très visuel, il n'y a pas à s'y tromper, c'est une véritable aventure que l'on nous conte là, et les rebondissements ne manquent pas. Du divertissement pur, on ne s'ennuie pas une seconde.

On pourra bien sûr regretter l'aspect un petit peu prévisibles de certaines situations, de l'identité de Grave à l'éternel trio amoureux, qui est peut-être la seule chose qui m'a fait vraiment tiquer, mais j'étais, en ce qui me concerne, tellement fascinée par l'univers d'Andrea Cremer que je me suis laissée porter sans trop me poser de questions. Un univers fabuleux, une intrigue bien ficelée qui nous tient en haleine, des personnages pleins de panache... J'ai dévoré ce premier tome, littéralement, et c'est avec grande impatience que j'attends désormais la suite. Je tiens d'autant plus à remercier vivement Licorne qui m'a si gentiment et si spontanément proposé de me prêter son livre. C'était adorable de sa part, et je m'en serais voulu de passer à côté de cette belle découverte. Merci !

Note : ★★★★☆

6 commentaires:

  1. une belle chronique qui fait honneur a ce prêt ! Je vois que l' ambiance de ce livre a su te faire partir dans ce monde imaginaire bien pensé, j'ai été moins séduite par l'histoire, mais l'ensemble, nous fait faire un agréable voyage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui, j'ai beaucoup aimé. C'est exactement ce genre d'univers que j'attends lorsqu'on me dit "steampunk", et malheureusement, ce n'est pas toujours si bien réalisé. Merci Licorne !

      Supprimer
  2. Je ne l'ai pas lu, et je ne pense pas le faire, mais je trouve que c'est un bon moyen de faire découvrir l'uchronie aux ados :) il marche plutôt pas mal dans ma librairie, j'espère que ça fera des convaincus !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'uchronie et le steampunk, oui. Mon fils est en train de le lire, on verra ce qu'il en dit ! ;o)

      Supprimer
  3. Il est dans ma PAL, je suis impatiente de le commencer, j'espère que je ne serais pas déçue !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'espère aussi, Manon, je l'ai dévoré en quelques jours à peine ! Merci de ton passage.

      Supprimer