vendredi 8 mars 2019

Gaïa, de Yannick Monget


L’Homme n’a pas su respecter la Nature. Il n’y a plus aucune raison pour que la Nature respecte l’Homme... Roman auto-édité en 2006, Gaïa a été repris en 2012 par les éditions Bragelonne et c’est à l’occasion de l’une de leurs opérations numériques que je me le suis procuré. Le quatrième de couverture m’avait intriguée et j’étais très curieuse de ce que j’espérais être un thriller écologique prometteur. On ne peut pas dire que j’ai été emballée par ce que j’ai lu, malheureusement !

Alexandre Grant, P.D.G. sans scrupule d’une société de biotechnologie, se rend dans un village d’Amazonie où il possède une exploitation de bois exotique qui connaît quelques perturbations. Sur place, il fait la connaissance d’Anne Cendras, une biologiste française qui l’interpelle en vain sur les conséquences écologiques de son exploitation. Après un bref retour aux Etats-Unis, Grant se rend à Paris pour ses affaires mais à peine a-t-il débarqué sur le sol français qu’il est mis en quarantaine dans une base militaire. Un virus inconnu, apparemment issu du village d’Amazonie dont il rentre, est en train de se propager à la vitesse d’une pandémie.

Tel est le point de départ de Gaïa, de Yannick Monget. Fondateur du groupe Symbiom créé en 2008 pour sensibiliser l’opinion aux problématiques environnementales contemporaines, il est aussi l’auteur de plusieurs livres photos et de deux romans dont Gaïa fait partie. C’est donc avec l’assurance de trouver une ambiance fortement teintée d’écologie que je me suis lancée, curieuse. Malheureusement, les bonnes intentions ne font pas forcément les bonnes histoires et je me suis ennuyée ferme à la lecture de ce roman à l’intrigue digne d’un blockbuster américain. Un roman qui se voulait militant et qui au final manque tellement de crédibilité qu’il en devient risible.

Et c’est sans parler des personnages qui sont de véritables caricatures. Nous avons le capitaliste sans cœur ni conscience - enfin, en apparence, parce qu’en fait, non, il a un passé, le gars, une histoire larmoyante à souhait avec son papa -, la biologiste écologiste et moralisatrice à laquelle on a juste envie de mettre des claques tellement qu’elle se pose en donneuse de leçons, les militaires surentraînés qui tombent dans tous les pièges possibles et imaginables… En termes de subtilité, il faudra repasser. Ce livre est là pour faire passer un message, pas pour raconter une histoire, que les choses soient bien claires. Ah oui mais moi, c’est un roman que j’étais venue lire !

En bref, je suis complètement passée à côté ! A moins que ce ne soit l’auteur qui est passé à côté de son objectif en s’identifiant un peu trop à son héroïne donneuse de leçons... On n’y croit pas une seule seconde. L’intrigue, redondante au possible, manque d’intensité et de crédibilité ; les dialogues sont lourds et sans saveur ; les personnages clichés, sans âme. Une réelle déception qui m’incite à vous encourager à aller voir ailleurs.

Note : ★★☆☆☆

Plus d'informations

Gaïa, de Yannick Monget
Éditions Bragelonne (2012) - 456 pages - Support numérique - Science-fiction

Et si un jour l'homme prédateur devenait la proie, à son tour menacée d'extinction ? Le monde sombre dans le chaos : un phénomène nouveau et inexpliqué affecte les écosystèmes du monde entier. Le comportement des animaux est bouleversé, les espèces végétales sont frappées d'impossibles mutations alors qu'une étrange épidémie se répand, qui pourrait causer la mort de millions de personnes. Au cœur de la forêt tropicale amazonienne, Alexandre Grant, P.-D.G. d'une société de biotechnologie américaine, rencontre Anne Cendras. La célèbre biologiste française est convaincue que ce cataclysme n'a rien à voir avec le réchauffement climatique, mais qu'il menace la survie de toute l'humanité. Aucun gouvernement ne sait comment enrayer ce phénomène et déjà le contact est rompu avec certaines régions du globe. Seuls quelques individus, que tout oppose en apparence, sont bien décidés à comprendre et à lutter ?

Site de l'auteur : https://www.symbiom.org/

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire