mercredi 29 avril 2020

Les âmes rivales, de René Manzor


On se retrouve aujourd’hui avec Les âmes rivales, de René Manzor. J’ai découvert cet auteur en 2014 avec Celui dont le nom n’est plus, un thriller mené tambour battant que j’avais beaucoup aimé et qui m'avait donné envie de découvrir d’autres livres de Manzor. C'est à cette époque que Les âmes rivales a rejoint ma PAL, où il s'est blotti pendant quelques années. Il en sort aujourd’hui à l’occasion d’une lecture commune avec ma complice du week-end, Stellade.

Tout débute avec Cassandre, dont on fait connaissance au début de l’adolescence alors qu’elle vient se confesser auprès du Père Arthur. Elle se dit sous l’emprise d’un homme que personne d’autre qu’elle ne voit et elle est de toute évidence terrifiée. Désarçonné, le prêtre ne sait pas très bien comment l’aider alors il ne fait rien. Quelques années plus tard, on retrouve Cassandre sur le point de se suicider. Thomas, professeur de philosophie et lui-même père d’une adolescente de treize ans, l’en empêche in extremis. C’est le début d’une dramatique histoire d’amour…

Cependant, ne vous attendez pas à de la romance, même s’il y en a un peu dans Les âmes rivales ! Non, il y sera plus question d’un shaman amérindien, de réincarnation ou encore de possession... Une histoire assez ambitieuse qui se déroule à toute vitesse, sûrement un peu trop vite d’ailleurs. Si j’ai beaucoup aimé l’intrigue et ses nombreux rebondissements, certains événements avaient une fâcheuse tendance à sortir de nulle part : Thomas qui tombe amoureux fou d’un claquement de doigts ; Cassandre, muette depuis six mois, qui confie soudain son histoire abracadabrante à un total étranger, etc. …

Le genre de choses qui facilitent le travail de l’auteur, mais qui font aussi tiquer le lecteur. Sans gâcher tout à fait la lecture, disons que cela enlève une part de crédibilité à l’ensemble et c’est un peu dommage. Malgré tout, j’ai bien aimé le personnage de Thomas, soumis au surnaturel et dont les croyances évoluent dans le temps, son amour pour sa fille, sa détermination. J’ai également apprécié que l’auteur nous révèle l’histoire de Jahal ce qui, faute de nous le rendre sympathique, nous rend néanmoins son attitude intelligible. Et puis René Manzor va au bout des choses dans le dénouement et j’ai aimé ce courage sans manichéisme.

En bref, un premier roman avec beaucoup de potentiel mais aussi tous les défauts que l’on peut attendre d’une première fois. Une intrigue mystérieuse, un rythme très soutenu entrecoupé de retournements de situation et des personnages plutôt attachants, mais aussi quelques facilités qui font perdre en crédibilité et donnent l’impression que tout ça est un peu tiré par les cheveux. Cela se lit très facilement, mais j’ai bien peur d’oublier cette histoire très vite !

Note : ★★☆☆

Plus d'informations

Les âmes rivales, de René Manzor
Éditions Kero (2012) - 296 pages - Support numérique - Thrillers & Polars

L’ultime duel de deux âmes rivales lancées à la poursuite de la même femme. Louisiane, 1975. Dans la pénombre de l’église, une fillette supplie le prêtre de l’aider : un homme étrange qui se dit son ami la suit partout, mais elle est la seule à le voir, personne ne la croit ! Elle s’appelle Cassandre, elle est terrifiée, et le prêtre ne trouve pas les mots... la fillette s’enfuit. Dix ans après, à New York, quand Cassandre tombe follement amoureuse, la peur revient : le fantôme qui la hante depuis son enfance n’acceptera jamais de rival...

Le site de l'auteur : http://www.renemanzor.com/

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire