dimanche 20 septembre 2015

Lundi noir


On se retrouve aujourd'hui avec un auteur non encore chroniqué sur eTemporel, puisque j'ai découvert sa plume et son univers avec Lundi noir. J'ai trouvé assez peu de choses sur Dominique Dyens sur la toile, en dehors du fait qu'elle est née en 1965, qu'elle est française et que, selon ses propres dires, ses idées de romans lui viennent souvent dans les trains ou sur les autoroutes ! Elle a d'ores et déjà publié une petite dizaine de livres, dont fait partie celui dont il sera question ici.

Lundi noir s'attache à suivre le parcours de Paul, requin de la finance apparemment comblé. Marié depuis vingt-cinq ans, père de deux enfants qui poursuivent leurs études à l'étranger, Paul est un homme orgueilleux et puissant qui a cependant un problème. Suite à un cancer, il a dû subir une opération qui l'a rendu impuissant. La fin du monde pour un homme tel que lui, qui ne connaît pas l'échec, et que le fait d'être touché dans sa virilité a plongé en plein désarroi. Il est riche, mais il n'a qu'une peur : que sa femme le quitte pour un homme plus jeune, un homme qui saura satisfaire sa libido. Pour la retenir, il n'a plus qu'une seule arme : l'argent, et c'est ce qui va le pousser à commettre un délit d'initié, et précipiter sa chute.

J'ai beaucoup aimé la première partie de ce livre. Les thèmes abordés sont nombreux et intéressants : il est question de finance, d'amour et d'adultère, de l'importance des apparences dans notre société, de la maladie et des ravages qu'elle peut causer au sein d'un couple. Rares sont les auteurs qui ont le courage d'écrire sur l'incontinence masculine, sur l'impuissance, sur la fragilité des hommes, ce sont souvent des sujets tabous, malheureusement. Déplaisant dans la splendeur, Paul est un personnage qui devient terriblement attachant au moment de la chute. Lorsqu'on n'a plus rien, que tout votre entourage vous abonne avec le navire pour diverses raisons dont certaines vous incombent, la vie se charge de vous remettre les idées en place. Vous vous raccrochez alors à des souvenirs, à des choses simples, à une autre idée du bonheur.

J'ai été moins convaincue par la conclusion en revanche. On le sait dès le quatrième de couverture, quelqu'un va l'aider à s'en sortir en lui faisant un chèque de six millions de dollars. Mais qui, et pourquoi ? Le qui, on le devine assez rapidement, dès l'entrée en scène de Madeleine, en fait, et j'ai trouvé ça un peu trop facile. Le pourquoi, en revanche, aurait pu être absolument passionnant si cette histoire de restitution de l'argent juif volé au cours de la Seconde Guerre Mondiale avait été plus largement exploitée. Rassurez-vous, je ne révèle rien d'important en disant cela, car ce n'est malheureusement pas le cas. On passe à côté sans réellement en mesurer l'importance, ce qui rend les choses assez peu crédibles, au final. Et c'est très dommage.

Au final, un drame humain qui touche au cœur, mais un thriller financier qui n'en est pas vraiment un, et dont le dénouement est à la fois prévisible et décevant. Une lecture en demie-teinte, mais qui m'a néanmoins donné l'envie de découvrir cet auteur plus avant.

Note : ★★★☆☆

Plus d'informations

Lundi noir, de Dominique Dyens
Editions France Loisirs (2013) - 222 pages - Lu en format poche - Thrillers & Polars


A 55 ans, Paul Deshoulières affiche une réussite éclatante : financier redouté, c'est aussi un mari et un père comblé. Du moins en apparence. Car depuis qu'une opération l'a rendu impuissant, il est obsédé par l'idée de perdre sa femme. Pour la retenir, il tente un ultime coup de poker. Lorsque son plan frauduleux vire au fiasco, Paul reçoit un chèque providentiel. Qui peut bien chercher à l'aider ? Qu'attend-on de lui en échanger ?

Site de l'auteur : http://dominiquedyens.com/

2 commentaires:

  1. Coucou, je te nomine pour le TAG Liebster Award. Clique sur ce lien pour avoir une idée de ce qu'il faut faire : https://monuniversfantasy.wordpress.com/2015/09/24/tag-liebster-award/ a bientôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très gentil de ta part, Mel', mais j'ai déjà été taguée pour ce tag, je ne vais donc pas le refaire ! Mais merci quand même ! ;-)

      Supprimer