samedi 25 août 2012

La clé des vents

Titre : La clé des vents
Auteur : Stephen King

Cycle : La tour sombre - Tome : 4.5
Date de sortie : 13 juin 2012
EAN : 9782290040621

Présentation de l'éditeur :
Alors qu'ils arpentent le Sentier du Rayon en direction de Calla Bryn Sturgis, une terrible tempête oblige Roland de Gilead et son ka-tet - Jake, Susannah, Eddie et Ote - à s'abriter dans une bourgade abandonnée depuis longtemps par ses habitants. Bercés par la lueur des flammes et les hurlements du vent, le quatre compagnons écoutent le pistolero lever le voile sur deux épisodes troubles de son passé...

Ma critique :
Comme tous les amateurs de la saga de La tour sombre, je me suis réjouie à l'annonce de la parution de ce nouvel opus. Réjouie, mais un peu inquiétée aussi, car le cycle s'était achevé en beauté, et je ne craignais rien tant que l'ouverture de ce nouveau portail entre mon monde et celui de Roland. Le fait que l'action se déroule entre Magie et cristal et Les Loups de la Calla m'a un peu rassurée, il n'était pas question de ressusciter de vieux fantômes, mais d'apporter un complément à leurs aventures. Soit, cela pouvait s'avérer intéressant, tout compte fait.

Ma première déception a résidé dans le faible nombre de pages : 19 € les 285 pages, gloops ! On est bien loin d'un Dôme en deux monstreux volumes... A se demander si, tout compte fait, King avait réellement tant de choses que ça à ajouter aux aventures de Roland et ses amis, mais passons et revenons au contenu. Il s'agit d'une histoire à tiroirs, puisque Roland raconte un passage de sa jeunesse, dans lequel il contait lui-même à un jeune orphelin une histoire que sa mère lui lisait quand il était petit. Vous suivez toujours ? Une histoire dans l'histoire dans l'histoire, en somme.

Autrement dit, si vous espériez de grandes révélations, oubliez ! Certes, le personnage de Roland gagne encore en épaisseur dans ce roman, puisqu'il est en partie question de ce qui s'est passé suite au décès dramatique de sa mère. On pourra également apprécier de retrouver l'Entre-Deux-Mondes d'avant les changements, celui des Pistoleros et de l'émergeance de l'Homme de Bien, celui de Magie et Cristal en somme, qu'on avait totalement perdu de vue dans les derniers tomes de la saga. En revanche, l'histoire du jeune Tim Bravecœur m'a semblé terriblement longue, je n'en voyais plus la fin !

Il existe une autre parenthèse de ce style au cycle de La tour sombre, une nouvelle intitulée Les petites sœurs d'Elurie parue dans l'anthologie Légendes. Alors qu'il poursuit l'Homme en Noir, Roland traverse la petite ville déserte d'Elurie. Il est attaqué par une horde de Lents Mutants et se réveille blessé entre les mains des Petites Soeurs d'Elurie qui offrent de le soigner dans leur hôpital... Mais Roland réalise vite qu'il n'est pas en sécurité et que ses hôtes ne sont pas ce qu'elles prétendent être. J'avais adoré cette nouvelle, et je pense que ce format aurait davantage convenu à La clé des vents.

Pour conclure, contrairement à ce qu'annonce Stephen King dans sa préface, je ne pense pas que ce roman puisse être réellement apprécié par quiconque n'a pas lu les autres romans du cycle.

3 commentaires:

  1. Oh, mince, tu n'as pas l'air de l'avoir autant apprécié que moi! J'ai beaucoup aimé l'histoire de Tim parce que je trouve qu'on cerne bien un univers en en connaissant les contes et les légendes. Ca en dit beaucoup sur les moeurs et les croyances de Gilead... J'ai aussi beaucoup aimé retrouver Rolland dans cette histoire de Garou. Comme tu le dis, ça donne encore de l'épaisseur au personnage de Rolland! Je ne connais pas Les petites soeurs d'Elurie, merci pour l'info!!!
    Et en effet comme pour chaque tome, je ne vois pas comme comprendre et apprécier la Tour sombre sans avoir lu les trois premiers!!!!

    RépondreSupprimer
  2. J'ai simplement trouvé que l'histoire de Tim traînait en longueur, et j'aurais préféré qu'on s'attache davantage à Roland et son histoire de garou par exemple.

    RépondreSupprimer
  3. Mince alors, ton billet ne donne pas très envie. De toute évidence, tu as été déçue... J'avoue que j'hésite à me lancer et que tu ne m'y encourages guère. Je ne savais pas que c'était si court, c'est étonnant de la part de King, d'ailleurs, mais cela semble bien assez long !

    RépondreSupprimer