jeudi 10 novembre 2011

Désolation & Mère Abigail

Titres : Désolation & Mère Abigail
Auteur : Roberto Aguirre-Sacasa
Illustrateurs : Mike Perkins & Laura Martin

Cycle : Le Fléau - Tomes : 5 & 6
Date de sortie : 1er juin 2011 & 5 octobre 2011
EAN : 9782756022239 & 9782756022246

Présentation de l'éditeur :
Désolation : Depuis la fin de l'épidémie, la population mondiale a été réduite à quelques centaines d'individus. Les rares survivants se regroupent et tous prennent conscience de la force démoniaque qui rôde aux alentours. Sur la route, Nick fait la rencontre de Tom Cullen, Stu et Frannie s'avouent leur passion mutuelle, sous le regard d'Harold, et Larry fait connaissance avec Nadine et Joe, un étrange garçon.

Mère Abigail : Les survivants commencent à prendre conscience de la réalité de leurs rêves collectifs. Alors qu'ils se regroupent à travers le continent américain, les camps se forment. Entre la crainte inspirée par Randall Flagg ou la sérénité de Mère Abigail, il faudra choisir... La guerre du Bien contre le Mal se poursuit dans cette superbe adaptation de Stephen King !

Critique :
A la base, c'est uniquement poussée par la curiosité que je me suis lancée dans cette adaptation de l'un des plus grands romans du maître de l'horreur, Le fléau. Après six tomes, je pense être à présent en mesure de donner une critique plus constructive de cette bande-dessinée vraiment très réussie. L'ambiance du roman et la marque de l'auteur se font de plus en plus sentir. Les différents éléments de l'intrigue se mettent en place peu à peu, comme dans un effrayant puzzle.

Extraire d'un roman aussi conséquent les évènements à mettre en valeur par le dessin, les moments forts de l'histoire, n'a pas dû être facile, et pourtant le scénariste, Roberto Aguirre-Sacasa, s'en sort avec brio. Le récit est découpé efficacement en fonction des aventures de chacun des groupes de survivants. Pas de temps morts, pas le temps de s'ennuyer ! Et puis l'esprit de Stephen King pèse sur le lecteur, notamment grâce aux textes off qui sont clairement une de ses marques de fabrique.

Les planches sont colorées et pleines de réalisme, ce qui rend cette bande-dessinée encore plus saisissante. J'ai lu quelque-part une petite phrase qui résume parfaitement mon sentiment : "La mort n’a pas pour habitude d’être présentable et les auteurs ont su s’en souvenir..." C'est exactement ça ! Une excellente occasion de découvrir cette histoire post-apocalyptique si vous n'avez jamais eu le courage de vous lancer dans le roman. A découvrir...

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire