samedi 30 mai 2020

L'étoile d'Orion, de Aymeric Janier


Vendredi Lecture, vous connaissez ? C’est un événement littéraire destiné à promouvoir la lecture, qui se déroule chaque vendredi sur les réseaux sociaux. Les internautes partagent leur lecture en cours et certains d’entre eux sont parfois tirés au sort et gagnent des livres. C’est dans ce cadre que j’ai remporté L’étoile d’Orion, d’Aymeric Janier, publié en 2019 aux éditions Beta Publisher. Journaliste de formation, l’auteur s’est spécialisé dans le domaine des relations internationales et la géopolitique. L’étoile d’Orion, thriller d'espionnage, est son premier roman.

C’est l’histoire d’Aaron, un militaire arrogant arraché à son quotidien et intégré à une organisation américaine du nom de SPECTRE. La vocation de cette dernière est en apparence toute simple puisqu’il s’agit d’éliminer les menaces extérieures aux Etats-Unis. Les terroristes, en somme. Une vocation qu’Aaron adopte sans hésiter. En parallèle, on fait la connaissance de Phyllis Danbury et Alexeï Koulikov. Elle est journaliste au New York Times et enquête sur l’assassinat d’une riche héritière américaine en Suisse. Le second est un colonel russe, venu assister à un sommet sur la guerre entre l’URSS et les moudjahidines d'Afghanistan.

Trois personnages qui n’ont a priori pas grand-chose en commun mais qui vont se retrouver confrontés à l’un des pires complots de l’Histoire. Une intrigue intéressante, mêlant réalité et fiction, agrémentée de quelques QR codes qui mènent à des petites vidéos disponibles sur le site de l’éditeur, comme pour nous immerger un peu plus. L'intrigue est rythmée, le vocabulaire recherché et tout était réuni pour que je passe un agréable moment de lecture. Sauf que… Sauf que l’auteur s’octroie des facilités qui, sur la durée, ont fini par me rendre dingue !

La première partie du roman est plutôt plaisante. On nous présente le contexte géopolitique et les trois personnages principaux, l’intrigue se met en place peu à peu, c'est prenant. Puis le complot nous est dévoilé et c’est le drame.

Car à partir de là, Aymeric Janier transforme ses personnages, Aaron en particulier, en super-héros ! Les facilités et les incohérences se multiplient à tel point que la lecture en devient un peu désagréable, car on a bien du mal à y croire. Deux exemples : l’instructrice d’Aaron, celle qui l’a formé, entendons-nous bien, incapable de prendre le dessus sur lui, mais réussissant dans la foulée à se débarrasser à mains nues de deux tueurs expérimentés ; la famille et les proches d’Aaron sous surveillance et sous écoute, mais les preuves d’un complot qui implique les sphères les plus hautes de l’Etat, y compris le Président lui-même, transitent tranquillement par la Poste parce que personne n’a songé à éplucher le courrier ! Sérieusement ?

Les situations de ce genre sont nombreuses dans la seconde partie du livre et c’est bien dommage parce qu'il avait un joli potentiel. Mais à l'heure où les romans et les séries sur le thème de l'espionnage se multiplient, le lectorat se fait plus exigeant et L'étoile d'Orion n'a malheureusement pas réussi à me convaincre. Une prochaine fois, peut-être ?

Note : ★★☆☆

Plus d'informations

L'étoile d'Orion, de Aymeric Janier
Editions Beta-Publisher (2019) - 504 pages - Support numérique - Thrillers & Polars

SPECTRE. Derrière cet acronyme se cache une organisation aussi redoutable que mystérieuse, née sur le sol américain en réaction à "l'incident du 20 janvier 1986". Ses agents, recrutés dans le plus grand secret, au terme d'une sélection draconienne, lui sont inféodés corps et âme. Sous couvert d'éliminer les menaces extérieures, l'organisation, tentaculaire, nourrit en réalité un tout autre dessein. Face à ce monstre aux multiples visages va se dresser un improbable trio. Trois individus pris dans une toile mondiale et qui vont se débattre pour faire éclater la vérité, au péril de leur vie.

Le compte Twitter de l'auteur : https://twitter.com/AymericJanier

vendredi 29 mai 2020

L'île, de Vincent Villeminot


Nous sommes en pleine crise sanitaire à cause du Covid-19, nous sortons d’un confinement de près de deux mois et durant ce laps de temps, il a fallu occuper nos chères têtes blondes. L’auteur Vincent Villeminot et son éditeur, Pocket Jeunesse, nous y ont aidés en proposant, chaque soir à 18 heures, la publication, en ligne et gratuitement, d’un chapitre d’un roman à paraître en 2021 chez PKJ : L’île. Un feuilleton littéraire destiné aux collégiens et lycéens, dont une version audio était également disponible. C’est de cette manière que je l’ai d’ailleurs découvert.

L’île relate l’histoire de huit adolescents qui vivent sur une île au large de La Rochelle et qui, un beau matin, ne voit pas venir le bac qui doit les conduire au collège, sur le continent. Très vite, d’énormes fumées noires apparaissent sur le littoral en face d’eux et les îliens réalisent qu’il se passe quelque chose d’anormal, quelque chose de grave probablement. Bientôt, les voilà confinés sur leur île. Pour quelques jours sans doute, le temps que les secours se mettent en place. Alors on s’organise comme on peut, sans électricité, sans produits frais, en allant piller les maisons secondaires… Quand les jours se transforment en semaines puis en mois, cependant, la peur s’installe.

J’ai adoré cette histoire, vraiment. Pour ses personnages, tout d’abord, avec une petite préférence pour Jolan, le narrateur. Parce que ce petit groupe d’ados confronté au confinement est juste criant de vérité. Chacun d’eux a sa propre personnalité et réagit en conséquence à la situation. Ils n’en font un peu qu’à leur tête, bien sûr - ados, vous avez dit ados ? - mais ils réfléchissent beaucoup, trop peut-être, et sont bien décidés à ne pas se laisser trimbaler par les adultes. Pour les décors et l’atmosphère ensuite. Parce que cette île semble magique pour des enfants, avec ce fort abandonné, théâtre d’aventures endiablées. Avec ces îliens, un peu repliés sur eux-mêmes sans doute, mais si soudés dans l’adversité.

Pour l’intrigue enfin, touchante et bien menée. La tension monte peu à peu, le drame approche à grands pas. On devine que tout cela ne peut que mal finir mais peut-être pas ? Comme je le disais plus haut, j’ai découvert cette histoire en audio. Avec la participation de Lizzie, la marque de livres audio, la famille Villeminot dans son ensemble s’est attelée à la tâche pour produire un support de grande qualité. Ce n’est pas seulement une lecture qu’on nous propose d’écouter, il y a aussi de nombreux effets sonores destinés à nous mettre dans l’ambiance et cela fonctionne très très bien.

L’île sera retirée des plateformes gratuites début juin pour une parution officielle chez Pocket Jeunesse dès l’année prochaine. Si vous l’avez manquée pendant le confinement, je vous engage à noter ce titre sur vos tablettes car j’ai passé un moment très très chouette.

Note : ★★★★

Plus d'informations

L'île, de Vincent Villeminot
Editions Pocket Jeunesse (2020) - 498 pages - Support audio - Ados & YA

L’île est un feuilleton littéraire écrit au jour le jour pendant toute la durée du confinement dû au Covid-19. Il paraissait quotidiennement à 18 heures. Un projet un peu fou de Vincent Villeminot et de son éditeur, Pocket Jeunesse. Une version audio a également été mise à disposition, avec la #teamfamily Villeminot aux manettes, en partenariat avec Lizzie. C'est l'histoire un peu folle de huit adolescents confinés sur une île, qu'on retrouvera officiellement chez PKJ en 2021.

mardi 19 mai 2020

Le réseau Corneille, de Ken Follett



J’ai découvert Ken Follett avec Les piliers de la Terre, après avoir visionné la série du même nom. J’avais beaucoup aimé cette dernière, peut-être un peu moins le roman, très dense et truffé d’informations trop techniques sur la religion et la construction des cathédrales. J’avoue que je craignais cette densité en me lançant dans Le réseau Corneille mais à ma grande surprise, le style n’est pas du tout le même. Le rythme est bien plus dynamique et je ne me suis pas ennuyée une seconde.

Le récit prend place à la fin de la 2nde Guerre Mondiale, quelques jours avant le débarquement des troupes alliées en Normandie. La Résistance s’est mise en tête de détruire un centre de communication allemand, cible primordiale pour faciliter la dernière grande bataille. Pour cela, Betty monte une équipe d’agents féminins qui se feront passer pour des femmes de ménage. Ken Follett suit alternativement Betty et le major Dieter Franck, un officier allemand obsédé par l’idée de paralyser la Résistance dans tout le nord de la France.

Même s’il est vrai qu’il est assez attendu, c’est un face à face très prenant que l’auteur nous propose ici. Betty est une femme expérimentée, celle qui a passé le plus de temps en France dans la clandestinité. Elle est dotée d’un instinct très sûr, qui va lui sauver maintes fois la vie. C’est une meneuse née, sensible aux caractères bien différents des femmes qui vont se retrouver sous ses ordres. Bien sûr, on n’échappe pas à l’histoire d'amour avec le bel Américain à demi estropié, mais cela ne prend heureusement pas le pas sur l’intrigue.

En parallèle, on découvre le major Franck, officier aux fortes convictions. Persuadé d’être dans le vrai, il considère les tortures qu’il fait subir aux Résistants comme un passage obligé pour obtenir la vérité et des informations visant à protéger ses hommes et son pays. Marié en Allemagne mais amoureux d’une jeune Française, il va se laisser emporter, d’abord par une certaine soif de gloire puis par son désir de vengeance et enfin son obsession de capturer Betty. Ainsi, cet homme “pas si mauvais” (avec d’énormes guillemets, attention) va s’abandonner au monstre qui sommeille en lui.

Le rythme de l’intrigue est assez lent jusqu’à la constitution de l’équipe de Betty et pourtant, c’est passé en un clin d’œil. J’ai dévoré toute la deuxième partie ! On est pris dans l’urgence de la situation de ces Corneilles dont la mission doit à tout prix être réalisée avant le débarquement. L’affrontement des deux personnages principaux est captivant et met en balance les enjeux de chaque camp, tout en rendant un bel hommage à ces femmes qui se sont battues comme des hommes durant la 2nde Guerre Mondiale. Une très belle découverte.

Note : ★★★☆

Plus d'informations

Le réseau Corneille, de Ken Follett
Le livre de poche (2001) - 599 pages - Support papier - Littérature historique

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les services secrets britanniques ont missionné des espionnes sur le sol français. Ken Follett s'est inspiré de ce fait de guerre véritable pour construire un roman d'espionnage palpitant. Betty a vingt-neuf ans, elle est officier de l'armée anglaise, l'une des meilleures expertes en matière de sabotage. À l'approche du débarquement allié, elle a pour mission d'anéantir le système de communication allemand en France. Après une première tentative catastrophique et coûteuse en vies humaines, Betty va jouer le tout pour le tout…

Le site de l'auteur : https://ken-follett.com/fr/

dimanche 10 mai 2020

Marquer les ombres #2, de Veronica Roth


On ne présente plus Veronica Roth, l’auteur de la saga Divergente dont j’avais beaucoup apprécié le premier tome. Avec Marquer les ombres, c’est presque dans le space-opera qu’elle nous embarque cette fois. Paru en 2017 chez Nathan, le premier volume m’avait laissé une impression un peu mitigée : c’était clairement un tome d’introduction de l’univers et des personnages et il recelait pas mal de longueurs. J’attendais donc beaucoup de cette suite qui a rejoint ma PAL en fin d’année dernière.

On retrouve Akos et Cyra là où on les avait laissés, en fuite à bord d’un vaisseau, emportant avec eux le dictateur Ryzek Noavek, frère de Cyra. Mais au moment où l’on pourrait croire le peuple shotet enfin libéré du joug tyrannique de sa famille régnante, voilà que resurgit Lazmet Noavek, le père, que tout le monde croyait mort ! Un vrai danger pour la galaxie. L’Assemblée décide alors de profiter de ce retour impromptu pour anéantir tout un peuple…

Vous l’aurez compris, la politique tient une place importante dans ce second tome. Les Shotet sont un peuple de guerriers, un peuple sans réelle patrie, habitué à lutter pour se faire une place. Des migrants du futur, en somme, dont il faut se débarrasser. Marionnette de l’Assemblée, la chancelière Isae Benesit, encore sous le coup du décès de sa sœur, lance une offensive contre le vaisseau shotet, assassinant des milliers d’innocents. Lazmet Noavek ne manque pas de répondre à la provocation et en représailles, il annihile une ville sur Thuvhé et tous ses habitants. La guerre est déclarée et nos deux héros vont bien évidemment se retrouver impliqués.

Le rythme est bien plus dynamique que dans le premier tome, on ne s’ennuie pas une seconde et ce n’est pourtant pas au détriment de jolis moments d’introspection et d’émotion. Cyra et Akos, tiraillés par leurs destins respectifs, se débattent dans une situation sur laquelle ils semblent n’avoir aucune prise. Ils mettent leur relation en péril mais aussi et surtout leurs vies. Cisi, la sœur d’Akos, qui suit les pas de la chancelière Benesit apporte un point de vue très intéressant sur la situation diplomatique et toutes les manipulations politiques entre les planètes. Et toujours ces dons omniprésents pour donner un peu de magie à l’ensemble… C’est plutôt bien fait.

Si j’ai trouvé la fin un peu rapide, j’ai néanmoins passé un bon moment en compagnie de Cyra et Akos. Ce sont deux héros plutôt attachants, entourés d’une galerie de personnages secondaires intéressants. L’univers et sa magie sont passionnants, les intrigues politiques très présentes mais pas ennuyeuses, les retournements de situation nombreux. Une lecture dépaysante et divertissante tout à la fois.

Note : ★★★☆

Plus d'informations

Marquer les Ombres, tome 2, de Veronica Roth
Editions Nathan (2018) - 464 pages - Support papier - Science-fiction

Les vies de Cyra Noavek et d'Akos Kereseth sont dirigées par leurs destins, révélés par les oracles à leur naissance. Ils sont amoureux, mais leurs peuples sont ennemis, et le destin d'Akos est implacble : il doit mourir au service de la famille Noavek. Or le père de Cyra, le tyran Lazmet Noavek, que tout le monde croyait mort, est de retour pour réclamer le trône. Alors que Lazmet déclenche une guerre sanglante, Cyra et Akos se dressent contre lui, dans une tentative désespérée pour l'arrêter. Quitte, pour Cyra, à ôter la vie de son père. Quitte, pour Akos, à donner la sienne. Ils vont découvrir à quel point leurs destins déterminent leurs vies, d'une manière qu'ils ne soupçonnaient pas.

Le site de l'auteur : https://veronicarothbooks.com/

mercredi 6 mai 2020

Le talisman, de Diana Gabaldon


J’ai découvert l’univers de Diana Gabaldon avec la première saison de la série télévisée Outlander. Je suis instantanément tombée sous le charme de ces images de l’Ecosse du XVIIIe siècle, de cette intrigue enlevée et de ces personnages si attachants. De quoi me donner envie de me lancer dans les livres, bien sûr, mais pas n’importe comment. J’ai choisi les livres audio, et alors que la saison 5 touche à sa fin sur Starz, il était temps pour moi d’achever l’écoute du tome 2 : Le talisman.

Étonnamment, c’est en 1968 que l’on retrouve Claire aux Etats-Unis en compagnie de sa fille, Brianna. Franck est décédé depuis quelques temps déjà et toutes deux se rendent à Inverness sur les traces d’un passé que Claire a enfin décidé de raconter à sa fille. Elles y retrouvent Roger Wakefield, fils adoptif du révérend du même nom et fin connaisseur de l’histoire jacobite. Claire commence alors le récit de son incroyable aventure. La narration bascule à son arrivée au Havre avec Jamie, là où nous les avions quittés à la fin du premier tome en 1744.

Cette entrée en matière m’a complètement déstabilisée et m’a semblé un peu longuette tant j’avais hâte de retrouver nos deux héros qui avaient fui l’Ecosse. Une fois cette première partie passée, je me suis laissée embarquer avec une facilité déconcertante. En fait, j’associe si bien la voix de Marie Bouvier à cette incroyable histoire que quelques mots suffisent généralement à me plonger dans l’intrigue. Une bonne partie de ce second tome se passe à la cour de France. Après les vertes prairies d’Ecosse, le choc est rude, mais Claire et Jamie évoluent avec aisance dans ce nouvel univers qui n’est pourtant qu’un véritable panier de crabes. Entre complots politiques, empoisonnements et sciences occultes, ils risquent leur vie plus souvent qu’à leur tour.

Le retour en Ecosse se fait sous le signe de la guerre et on retrouve l’ambiance du premier tome. Bonnie Prince Charlie se sent pousser des ailes et implique Jamie dans sa rébellion. Une fois de plus, nos héros sont emportés par le destin. La boucle est bouclée : on comprend pourquoi et comment Claire a fini par regagner son époque. J’ai lu beaucoup de chroniques faisant état de trop grosses longueurs dans le récit mais je n’ai pas spécialement eu cette sensation. Est-ce dû au support audio ? Je ne saurais le dire mais une chose est sûre : je ne me suis pas ennuyée une seconde et j’ai hâte de découvrir la suite. Alors oui, ayant vu la série, je sais déjà ce qui va se passer, mais cela ne gâte en rien mon plaisir.

Ainsi, l’univers et les références historiques sont toujours aussi soignés, l’intrigue passionnante et les personnages charismatiques et attachants. Un excellent moment d’écoute !

Note : ★★★★

Plus d'informations

Outlander, tome 2 : Le talisman, de Diana Gabaldon
Editions Audible studios (2017) - 947 pages - Support audio - Historique

Là, elle révèle à Brianna l'incroyable secret qu'elle n'a jamais dévoilé depuis qu'elle fut retrouvée inanimée auprès d'un menhir, dans un ancien site mégalithique, après trois années d'une absence inexpliquée. Ce second volet des aventures de Claire Beauchamp à travers l'Histoire entraîne le lecteur dans le Paris du siècle des Lumières. Après avoir fui l'Ecosse où ils sont devenus hors-la-loi, Claire et Jamie, le jeune Highlander qu'elle a épousé, gagnent la capitale française à la rencontre de Charles-Edouard Stuart, le prétendant au trône d'Ecosse et d'Angleterre, venu solliciter l'appui de son cousin Louis XV. Leur objectif : décourager ses tentatives d'accession au trône qui, Claire le sait, marqueraient à coup sûr le début d'une répression sanglante dans les Highlands. Le couple se lance alors dans une course effrénée pour modifier le cours de l'Histoire. Pour cela, il devra affronter un monde sans pitié où il ne pourra compter que sur lui-même et la force de son amour avant de découvrir, à ses dépens, qu'on ne joue pas impunément avec la destinée humaine.

Le site de l'auteur : http://www.dianagabaldon.com/