mercredi 23 novembre 2016

Harry Potter et l'enfant maudit, de J.K. Rowling, JackThorne et John Tiffany


On se retrouve aujourd’hui avec la chronique d’un texte à haut risque, le script de la pièce de théâtre Harry Potter et l’enfant maudit, de J.K. Rowling, Jack Thorne et John Tiffany. Comment résister à l’appel d’un univers qu’on a adoré tout en sachant pertinemment que la déception se trouve sans doute au bout du chemin ? Pas moyen. Alors on se lance, et puis... oui, on est déçu !

L’histoire s’attache aux pas d’Albus, second fils d’Harry et Ginny dont on fait la connaissance lors de son entrée à Poudlard. C’est un garçon qui souffre de la célébrité de son géniteur, un garçon qui ne se sent pas à la hauteur et de ce fait, ne sait pas comment se positionner par rapport à son père, ni par rapport au reste du monde d’ailleurs. Lorsqu’il échoue à Serpentard en compagnie de Scorpius Malefoy, on devine que les ennuis ne font que commencer... Car à jouer dans les couloirs du temps, les deux garçons vont se retrouver bien près d’anéantir tout ce que l’armée de Dumbledore avait si chèrement acquis.

Sur le papier, l’histoire est plutôt sympa, mais plusieurs choses m’ont paru rédhibitoires. A commencer par la plus prévisible : il s’agit d’un script de pièce de théâtre ! Je le savais avant de commencer bien sûr, mais de nombreuses personnes m’avaient assurée que ce n’était absolument pas gênant à la lecture. Je confirme, ce n’est pas gênant en soi, mais la lecture d’un script composé en majeure partie de dialogues n’a strictement rien à voir avec celle d’un volume de 700 pages avec moult détails sur l’univers et la psychologie des personnages.

En ce qui concerne ces derniers, justement, j’avoue avoir été particulièrement déçue. Albus et Scorpius sont deux gamins attachants qui luttent pour sortir de l’ombre de leurs trop célèbres parents, mais en dehors d’eux, les autres ne sont que de vulgaires faire-valoir. En effet, Harry est la caricature du père de famille complètement dépassé par son pré-ado de fils, Hermione est quasi inexistante et Ron a été transformé en véritable pantin à l’esprit un peu lent et aux blagues complètement crétines. Tout cela est d’un cliché rarement atteint, et pas du tout à la hauteur de la saga de J.K. Rowling.

Quant à l’intrigue, elle n’apporte pas grand-chose de nouveau, et là encore, c’était une réelle déception. Elle s’articule autour de nombreux retours dans le passé, qui nous ramènent sans cesse à des événements auxquels nous avons déjà assisté dans la saga. Alors si malgré tout, j’étais heureuse de retrouver cet univers, je n’en reste pas moins extrêmement déçue par cette lecture. La pièce elle-même doit probablement être plus intéressante, entre le jeu des acteurs, les perpétuels changements de décors et effets spéciaux, mais la lecture de ce script est bien loin de valoir la saga originelle.

Note : ★★★☆☆

Plus d'informations

Harry Potter et l'enfant maudit, de J.K. Rowling, Jack Thorne et John Tiffany
Éditions Gallimard (2016) - 341 pages - Support numérique - Ados & YA

Etre Harry Potter n'a jamais été facile et ne l'est pas davantage depuis qu'il est un employé surmené du ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus Severus, doit lutter avec le poids d'un héritage familial dont il n'a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

Site de l'auteur : http://www.jkrowling.com/fr_FR

samedi 19 novembre 2016

Le village, de David Forrest


Depuis quelques années, les feuilletons littéraires semblent revenus à la mode, au grand dam de certains qui jugent le procédé commercial plus que contestable. En ce qui me concerne, bien que consciente que ce n’est économiquement parlant pas vraiment une affaire, j’avoue m’être prise au jeu et avoir commencé plusieurs sagas dans ce mode de publication. La dernière en date : Esoterre, de David Forrest, dont j’avais depuis longtemps envie de découvrir l’univers.

Le premier épisode de la saga est disponible gratuitement dans la collection Snark des éditions Bragelonne, et l’occasion était vraiment trop belle. L’auteur nous lance, à travers les yeux d’un pseudo photographe du nom de Charles Dyer, à la découverte d’un village un petit peu étrange : Arcames. La vie semble s’y être figée, l’atmosphère est lourde, pesante, et la majeure partie des habitants est tout sauf accueillante envers les nouveaux venus. Bref, le lecteur sent immédiatement qu’il y a anguille sous roche, même s’il ne sait pas précisément pourquoi.

En parallèle, on fait la connaissance de deux membres des services de police judiciaire, qui enquêtent sur une histoire de secte. Et devinez quoi ? Dans le cadre de leur investigation, ils sont à la recherche d’un ouvrage écrit par l’actuel maire d’Arcames ! Vous voyez où je veux en venir, n’est-ce pas ? En réalité, pas tant que ça, parce vous en savez désormais à peu près autant que moi à l’issue de ce premier épisode ! L’objectif avoué de l’auteur était de donner des pistes et des indices sur l’univers et ce qui s’y trame sans trop en dire, mais en titillant suffisamment la curiosité du lecteur pour lui donner envie de continuer. Bingo, pari réussi !

Je n’irai pas jusqu’à dire que je suis sur des charbons ardents, mais j’ai clairement envie d’en apprendre plus et l’intégrale à paraître a bien sagement rejoint ma liste de souhaits. La plume de David Forrest est de celles qui se lisent aisément, sans effort particulier pour visualiser à la fois le décor et les événements. Les personnages ont tous ce petit côté ambigu qui les rend difficiles à cerner et en même temps intéressants à suivre. Quant à l’intrigue, elle monte crescendo jusqu’à devenir une sorte de thriller horrifique dans lequel on s’engouffre avec enthousiasme. Un début prometteur, à recommander aux amateurs de frissons et de surnaturel.

Note : ★★★★☆

Plus d'informations

Esoterre, saison 1, épisode 1 : Le village, de David Forrest
Éditions Bragelonne (2016) - 96 pages - Support numérique - Feuilletons littéraires

Arcames, petit village pittoresque et sans histoire... ou creuset d'une secte apocalyptique préparant l'indicible ? Ici, l'on se tait, et l'étranger est suspect. Charles Dyer, arrivé au village sous couverture, à la recherche de la femme qu'il aime, disparue mystérieusement, n'hésitera pas à fouiller les zones d'ombres, quitte à réveiller de terrifiants et souterrains secrets. Pourra-t-il compter sur l'aide des services de police judiciaire, ou ont-ils eux aussi des motivations inavouables ?

Site de l'auteur : http://davidforrest.blogspot.fr/

mercredi 16 novembre 2016

Sim Survivor, de Loïc Le Borgne


Attirée par le quatrième de couverture, et novice dans l’univers de Loïc Le Borgne dont c’est pourtant le 23e livre, c’est avec curiosité que je me suis lancée dans Sim Survivor. C’est un roman qui évoque les dérives de la télé-réalité et des réseaux sociaux, à l’heure où la jeunesse a parfois bien du mal à faire la part des choses, et où la frontière entre fiction et réalité se fait souvent bien mince dans les esprits. Un roman certes plein de rebondissements, mais au message très important.

Le récit s’attache aux pas de Sandro, jeune privilégié élevé dans un cocon doré, qui s’ennuie à tel point dans la vie qu’il cherche sans cesse de nouvelles façons de se stimuler. C’est ainsi qu’il fait la connaissance d’Ambra, une jeune fille d’un milieu totalement différent du sien, qui l’invite sans qu’il le sache à participer à une télé-réalité, un jeu appelé Sim Survivor, dans lequel les concurrents ont un unique objectif : survivre. Bien que persuadé de se trouver dans une simple simulation, Sandro n’en est pas moins fort mécontent lorsqu’il réalise dans quoi il trempe. Que vont penser de lui ses relations ? Il n’est pourtant pas au bout de ses peines, car que se passerait-il si ce n’était pas une simulation ?

Vous vous en doutez bien, le plus intéressant dans ce roman, c’est l’évolution du personnage principal ! Je vous avouerai très franchement que j’ai eu bien du mal à l’apprécier. L’auteur met en scène un jeune homme très égoïste et imbu de lui-même qui, dès la première difficulté, cherche à faire appel à ses parents pour le sortir du jeu, ou encore à s’allier avec les organisateurs pour bénéficier d’une certaine protection. A travers les autres concurrents, en particulier Ambra, Loïc Le Borgne ne le ménage pas, et c’est dans la douleur qu’il va apprendre ses leçons. Y parviendra-t-il réellement, ou finira-t-il par trahir tous ses compagnons pour triompher et retrouver son train-train quotidien ? C’est toute la question.

Il est entouré d’une pléthore d’autres personnages intéressants, à commencer par Ambra. Jeune fille des rues, elle n’a pas eu la vie facile et son mépris pour Sandro sonne extrêmement juste. Il y a aussi Chronos, un djinn vampire dont l’humanité surpasse celle de bien des humains, la machiavélique Selkie et bien d’autres encore... Sim Survivor pourrait sembler n’être qu’une succession dynamique et pleine de suspens d’épreuves toutes plus violentes les unes que les autres, mais l’auteur a su insuffler à son intrigue beaucoup d’humanité. Entre addiction aux télé-réalités, inégalités sociales, manipulation de masse et appât du gain, les sujets sont multiples et bien traités.

Un roman immersif à recommander à tous vos ados ! Un grand merci à Babelio et aux éditions Scrineo pour cette sympathique découverte.

Note : ★★★☆☆

Plus d'informations

Sim Survivor, de Loïc Le Borgne
Éditions Scrineo (2016) - 352 pages - Support papier - Ados & YA

Sandro, 18 ans, est un fils de bonne famille, qui s’ennuie dans son monde luxueux et douillet au point de rechercher par tous les moyens à « planer ». Il est contacté par Ambra, une adolescente de 17 ans au caractère bien trempé, qui lui propose de vivre une expérience inédite et puissante. A ses côtés, Sandro se retrouve embarqué dans un stupéfiant jeu en théorie virtuel, Sim Survivor, dont chaque saison est suivie par des millions de fidèles connectés. Sandro comprend vite que ce monde, violent et cruel, n’est peut-être pas une simple simulation. Et si, comme le pense Ambra, tout était réel ? S’il ne s’agissait pas d’un jeu mais d’une véritable et impitoyable épreuve de survie ? Tout en jouant sa peau, Sandro doit percer bien des mystères, jusqu’à réaliser que l’avenir du jeu mais aussi de son pays est entre ses mains.

Site de l'auteur : http://loicleborgne.over-blog.com/

vendredi 11 novembre 2016

Swap Livres & Thés


Quoi de mieux qu’un thé pour accompagner un bon livre, ou un livre pour accompagner un bon thé ? Le dernier swap auquel j'ai participé remonte à juin 2015, et encore, c'était un swap jeunesse à destination de mon fils ! Mais celui-là, je ne pouvais décemment pas le rater puisqu'il réunit deux de mes grandes passions dans la vie : la lecture et le thé !

Le swap Livres & Thés est organisé par Bénédicte, du blog Un monde livresque, et se déroule en binôme, bien sûr. Ma partenaire pour cette édition s'appelle Julie. On se connaît peu, en dehors de quelques échanges sur Livraddict, mais je suis ravie d'avoir cette occasion de faire plus ample connaissance avec elle, c'est chouette !

Pour nous rejoindre, c'est par ici, jusqu'au 31 décembre 2016 à minuit.

Plus d'informations

Swap Livres & Thés
Organisé par Bénédicte sur Livraddict.

Les modalités
- Inscription : Jusqu'au Samedi 31 Décembre 2016 Minuit
- Annonce des binômes (si tirage au sort) : Dimanche 1 Janvier 2017
- Préparation des colis : Du Dimanche 1 Janvier 2017 au Dimanche 12 Mars 2017
- Envoi des colis : A partir du Lundi 13 Mars 2017

Contenu du colis
- 1 carte ou 1 lettre
- 2 ou 3 livres (broché ou poche) de la WL de votre binôme
- 2 ou 3 boites de thé
- 1 marque-page
- Des surprises dont au moins une qui peut servir lors d’un tea time
- 1 gourmandise pour accompagner les tea time prochains

samedi 5 novembre 2016

Lecture commune - Bird Box


C'est pour Halloween que j'aurais dû lire ce livre, mais il faisait partie des livres suggérés pour la lecture commune du mois de Janvier prochain sur l'Imag'In Café, et j'ai préféré attendre de connaître les résultats avant de me lancer. Grand bien m'en a pris, puisqu'il a été sélectionné !

C'est donc en compagnie de Josh Malerman et son Bird Box que nous passerons le mois de Janvier 2017. Un roman que d'aucuns qualifient d'angoissant, où la tension est presque palpable et qu'on devrait presque lire les yeux bandés, paraît-il ! La deadline est fixée du 1er au 31 Janvier 2017, ce qui vous laisse un peu moins de trois mois pour le lire.

Pour nous rejoindre, ça se passe sur l'Imag'In Café. N'hésitez surtout pas, plus on est de fous, plus on lit !

Plus d'informations

Bird Box, de Josh Malerman
Éditions Calmann-Lévy (2014) - 372 pages - Support numérique - Fantastique & Horreur

Malorie élève ses enfants de la seule façon possible : barricadés chez eux. Dehors, il y a un danger terrible, sans nom. S’ils s’aventurent à l’extérieur, ce sera les yeux bandés pour rester en vie. S’ils ôtent leurs bandeaux, ils se donneront la mort avec une violence inouïe. Malorie a deux solutions : rester cachée avec ses enfants, isolée, ou bien entamer un terrifiant périple jusqu’au fleuve dans une tentative désespérée, presque vaine, pour rejoindre une hypothétique colonie de survivants. La maison est calme. Les portes sont verrouillées, les rideaux sont tirés, les matelas cloués aux fenêtres. Les enfants dorment dans la chambre de l’autre côté du couloir. Mais bientôt, elle devra les réveiller et leur bander les yeux. Aujourd’hui, ils doivent quitter la maison et jouer le tout pour le tout.