dimanche 24 janvier 2021

Les évaporées, de Cécile Duquenne


C’est grâce à Cécile Duquenne que j’ai pu m’abonner à Rocambole à un prix défiant toute concurrence, il n’était donc que justice que ma première chronique de leurs fictions soit pour la sienne. Les évaporées est une série de dix épisodes qui se lit en moins d’une heure, une série qui se déroule dans un monde post-apocalyptique où l’on suit les pas de Nox, 16 ans, chasseuse de femmes enceintes !

Oui, vous avez bien lu. Mais commençons par le commencement. Nous sommes sur une Terre ravagée par le nucléaire. Tout est contaminé, tout. Végétaux, animaux, humains, jusqu’à l’eau de pluie qui tombe du ciel. Nox, 16 ans, sort pour la toute première fois d’un bunker, situé à plusieurs centaines de mètres sous terre, dans lequel elle est née. Mais ce n’est pas pour une promenade de santé, elle a une mission : trouver des survivants parmi les groupuscules qui survivent encore en surface, des femmes si possible, mais surtout des gens fertiles, et les ramener au bunker.

Et ce sont ces femmes qui donnent leur titre à ce récit, les évaporées, parce qu’aux yeux de tous, elles s’évaporent en pleine nature d’une seconde à l’autre. C’est ainsi que la jeune et inexpérimentée Nox va faire la connaissance de Milla, jeune femme enceinte qui cherche à fuire un compagnon envahissant. À mi-chemin entre la fascination et la terreur, Nox découvre l’extérieur, puis ces autres qui affrontent la contamination comme ils peuvent. Elle s’interroge sur leur mode de vie, sur le sien et sur la mission qui lui est échue, les motivations de ceux qui la lui ont confiée.

J’aime beaucoup la plume de Cécile, ce n’est un secret pour personne. On rentre immédiatement dans l’histoire et en quelques paragraphes, l’autrice réussit à dépeindre un monde effrayant. J’ai aimé suivre Nox dans sa quête intérieure, découvrir l’extérieur à travers son regard tout comme l’intérieur à travers celui de Milla ou l’idée qu’elle s’en fait. Il est question de choix et de liberté. À travers ses deux héroïnes, aussi attachantes l’une que l’autre, l’autrice nous offre tout un panel d’émotions.

Au final, Les évaporées est une série qui se lit sans temps mort. Le style est très fluide et on se surprend à passer d’un épisode à l’autre sans pouvoir s’arrêter. Quand on y pense, l’univers et la situation de ces deux filles sont effrayants mais il s’en dégage une belle réflexion sur la liberté de tout un chacun à choisir son mode de vie, un thème qui fait écho à ce que nous traversons IRL en ce moment. Je recommande !

Note : ★★★☆

Plus d'informations

Les évaporées, de Cécile Duquenne
Rocambole (2020) - 10 épisodes - Support numérique - Feuilletons littéraires

À 16 ans, Nox est désormais une chasseuse. Quittant le refuge du vaste bunker antiatomique qui l'a protégée toute sa vie d'un monde à l'agonie, elle parcourt les terres contaminées pour sauver mères fertiles et enfants d'une mort certaine et les ramener sous terre. De gré... ou de force.

Le site de l'autrice : https://cecileduquenne.com/

samedi 23 janvier 2021

Stigmate, de Camut & Hug


C’est grâce à mon amie Julie que j’ai découvert le duo d’auteurs Jérôme Camut et Nathalie Hug. C’est ma quatrième excursion dans leur univers et je ne m’en lasse pas, c’est simple. Dans le domaine du thriller, ils sont bien vite devenus l’une de mes références. On se retrouve aujourd’hui avec Stigmate, le second tome des Voies de l’ombre, dont l’intégrale m’a d’ailleurs été offerte par Julie. Il débute aussitôt après la fin du volume précédent et on y retrouve peu ou prou les mêmes personnages. Enfin, ceux qui restent…

Si les survivants ont retrouvé la liberté, ils sont loin d’être débarrassés de l’effroyable Kurtz. En effet, les répercussions psychologiques de tout ce qu’il leur a fait subir sont innombrables et je peine à croire que l’on puisse jamais se remettre de pareil traitement, en fait. Si Thomas s’auto-persuade d’avoir trouvé la voie du pardon, Andréas en revanche est au fond du gouffre, bien près du craquage et de la folie. Charles et son épouse sont confrontés à un destin plus funeste encore. Et puis il y a Rufus, le sauveur devenu victime…

On suit tous ces personnages et d’autres encore. Chacun a son histoire, sa personnalité, ses failles et c’est en définitive plus de cela qu’il est question ici, les fêlures de ces esprits brisés, que de la poursuite de Kurtz même si les autorités sont toujours à sa recherche. Et elles ont du mal car le grand méchant continue d’avoir systématiquement un coup d’avance et un projet encore pire que ce qu’on pensait ! Ou en tous cas, c’est ce qui s’esquisse avec le dénouement.

Le suspens est omniprésent, avec des points de vue alternés, des chapitres courts et un style percutant qui va droit au but. L’intrigue se complexifie, un troisième camp semble entrer en jeu, on ne comprend plus, on s’interroge… D’après les chroniques que j’ai lues, certains ont été déçus par cette suite, ils ont eu l’impression que l’intrigue tournait en rond, traînait en longueur. Alors il est vrai que le dernier tiers est un peu prévisible mais dans l'ensemble, c'est encore une belle réussite du duo Camut & Hug !

Ils prennent un malin plaisir à nous emmener toujours plus loin, toujours plus profond dans les ténèbres des esprits déviants et machiavéliques de ces psychopathes. J’ai vraiment hâte de découvrir la suite, je me demande dans quelle direction ils vont partir, cette fois. Je suis aussi curieuse de lire d’autres ouvrages de ces deux auteurs. Il m’en reste encore plein à parcourir et ça, c’est vraiment chouette !

Note : ★★★☆

Plus d'informations

Les Voies de l'Ombre, tome 2 : Stigmate, de Jérôme Camut & Nathalie Hug
Le Livre de Poche (2008) - 601 pages - Support papier - Thrillers & Polars

Quand un monstre fascinant et obscène prend la parole et surgit à nouveau face à ses anciennes victimes, elles n’ont pour seules issues que la fuite, la mort… ou les « voies de l’ombre », le système implacable d’un criminel qui leur dévoile en chuchotant les secrets de sa folie. « J’ai de l’amour pour mes chiens d’attaque. Certains il a fallu les tabasser, d’autres pas. Il n’y a pas de règles. C’est ça l’extraordinaire chimie de la nature humaine. C’est passionnant. Approche-toi, ami voyeur. Et n’aie pas honte de ton vice. Viens pénétrer le monde d’un artiste du crime. Il est temps que je me présente et que j’offre ma réflexion à la multitude. »

Le site de l'auteur : http://www.jeromecamut.com/

samedi 16 janvier 2021

Les dossiers du voile, d'Adrien Tomas


On se retrouve aujourd’hui pour une petite excursion derrière le Voile, dans l’univers d’Adrien Tomas, un auteur dont les ouvrages m’attirent régulièrement, au point que j’en ai plusieurs dans ma PAL. C’était pourtant ma première rencontre avec lui, un rendez-vous plein de magie, de créatures fantastiques et aussi d’humour. Une lecture légère et dynamique dans un Paris contemporain et pourtant assez éloigné de celui que l’on connaît ! Vous allez voir...

C’est l’histoire de Tia et Mona Morcese, deux des filles de la Grande Enchanteresse de Paris, mages de leur état. Tia est enquêtrice au sein de la Brigade de régulation des espèces méta-humaines. Son job est d’empêcher toute déchirure du Voile, elle doit veiller à ce qu’aucun humain ne soupçonne l’existence de créatures surnaturelles dans Paris. C’est une jeune femme fougueuse et badass qui prend sa charge très au sérieux. Mona est l’une de ses petites sœurs, elle est adolescente, va encore au lycée et va bien sûr se retrouver mêlée bien malgré elle à l’une des enquêtes de son aînée.

L’univers qu’on nous propose ici est somme toute assez simple, mais je n’ai pas dit simpliste, attention. Imaginez toutes les créatures surnaturelles auxquelles vous pouvez penser vivre en secret dans notre jolie ville de Paris, avec tout ce que cela peut comporter de difficultés au quotidien bien sûr. Entre les guerres perpétuelles auxquelles se livrent certaines espèces entre elles, et le trafic de poussière de fée devenue la dernière drogue en vogue, Tia a fort à faire. Alors quand un meutre survient, puis un second, c’est la panique dans les rangs !

L’intrigue est très entraînante et franchement, ça se lit tout seul. Bien sûr, le côté jeunesse fait que pour moi qui dévore les thrillers les plus glauques à longueur d’année, tout cela manque un peu d’intensité. Il n’empêche que c’est une bonne histoire, avec une enquête qui se tient et des personnages principaux et secondaires hauts en couleur, attachants et complexes. Le style de l’auteur est très fluide et teinté d’un humour bienvenu entre situations cocasses et répliques bien senties. On se surprend à sourire et c’est ma foi bien agréable, surtout en cette période un peu tristoun’.

Bref, même si certaines choses sont un peu prévisibles, je me suis laissée entraîner avec grand plaisir et même surprendre par certains des rebondissements. C’est léger et rafraîchissant. De quoi oublier un quotidien parfois un peu trop lourd au profit d’un voyage imaginaire tout à fait plaisant. Un grand merci à NetGalley et aux éditions Fleurus pour cette sympathique découverte.

Note : ★★★☆☆

Plus d'informations

Les dossiers du voile, d'Adrien Tomas
Editions Fleurus (2021) - 415 pages - Support numérique - Fantasy

"Les maisons sorcières sont au bord de l’explosion, la Guerre de la Nuit fait rage plus violemment que jamais et les trolls et les fées sont bien partis pour transformer les bas-fonds de Paris en champ de bataille…" Bienvenue dans le monde du Voile ! Lieutenant de police au sein de la Brigade de régulation des espèces méta-humaines de Paris, Tia Morcese a beaucoup de mal à faire respecter l’ordre et la sécurité… et surtout à éviter que druides, nécromanciens, loups-garous et autres espèces méta-humaines révèlent leur existence au reste du monde. À côté de son impressionnante grande sœur, Mona pourrait presque passer pour une ado normale. Pourtant, l’apprentie sorcière est loin d’avoir les yeux dans sa poche ! Et quand elle tombe sur des informations clés qui pourraient faire avancer les affaires en cours de Tia, elle n’hésite pas une seconde à suivre ses propres pistes. Mais le monde du Voile n’est pas sans danger…

Le compte Twitter de l'auteur : https://twitter.com/AdrienTomas

samedi 9 janvier 2021

Dune, tome 1, de Franck Herbert


Bien qu’elle soit considérée comme un chef d’œuvre de la science-fiction, j’étais jusqu’ici passée à côté de la saga Dune, refroidie par toutes les rumeurs de lecture ardue qui la concernent. Seulement voilà, après avoir vu un teaser du film de Denis Villeneuve annoncé pour l’automne prochain, je me suis dit que ce serait quand même mieux de faire les choses dans l’ordre et j’ai donc commencé l’année 2021 avec Frank Herbert. C’est du tome 1 qu’il sera question ici.

Pour un récit datant de 1965, j’ai été réellement impressionnée de constater qu’il n’avait pas vieilli d’un poil ! Herbert était même carrément avant-gardiste puisqu’il est énormément question d’écologie. Nous sommes sur la planète Arrakis, un désert aride où l’eau revêt une importance vitale à cause de l’absence totale de précipitations. Un lieu hostile et désolé soumis à de violentes tempêtes, et où des vers géants peuplent les sables et dévorent tout ce qui passe à leur portée. Un lieu pourtant prisé car il est la seule source d’Épice de l’univers.

Mais c’est quoi l'Épice ? Une substance impossible à synthétiser qui accroît considérablement la durée de vie de ceux qui la consomment, immunise contre certaines maladies et stimule parfois les capacités psychiques. Autant dire une source de richesse que les puissants s’arrachent, que ce soit l’Empereur, le conglomérat commercial connu sous le nom de CHOM ou encore les Grandes Maisons, avec en tête celle des Harkonnen. Nous arrivons dans l’histoire au moment où le Duc Leto Atréides se voit confier la gestion de Dune et de son Épice par l’Empereur.

L’univers de Frank Herbert est d’une richesse exaltante, peuplé de merveilles et d’horreurs, doté d’un vrai contexte politique et économique ainsi que de très forts courants de pensée (l’école des Mentats, l’ordre du Bene Gesserit, l’école Suk…). Il est vaste et dense mais je n’ai eu aucune difficulté à l’intégrer et à tomber sous le charme. Paul et sa mère, Jessica, sont deux personnages attachants, ils sont entourés d’une kyrielle de personnages secondaires plus intrigants les uns que les autres.

Un véritable coup de cœur pour bien commencer l’année ! Cette première partie pose l’intrigue mais pas seulement. Il se passe beaucoup de choses et les thèmes abordés sont très intéressants : intrigues politiques mais aussi naissance d’un messie, pouvoirs psychiques, stratégie, écologie et découverte d’un monde et d’un peuple tous deux fascinants. J’ai adoré et je me suis acheté le Mook Dune de Lloyd Chéri pour en apprendre plus. Ma lecture du tome 2 ne saurait tarder, je n’y résisterai pas !

Note : ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ 

Plus d'informations

Dune, tome 1, de Franck Herbert
Editions Robert Laffont (2020) - 790 pages - Support numérique - Science-fiction

Il n'y a pas, dans tout l'Empire, de planète plus inhospitalière que Dune. Partout des sables à perte de vue. Une seule richesse : l'épice de longue vie, née du désert, et que tout l'univers convoite. Quand Leto Atréides reçoit Dune en fief, il flaire le piège. Il aura besoin des guerriers Fremen qui, réfugiés au fond du désert, se sont adaptés à une vie très dure en préservant leur liberté, leurs coutumes et leur foi. Ils rêvent du prophète qui proclamera la guerre sainte et changera le cours de l'Histoire. Cependant les Révérendes Mères du Bene Gesserit poursuivent leur programme millénaire de sélection génétique : elles veulent créer un homme qui réunira tous les dons latents de l'espèce. Le Messie des Fremen est-il déjà né dans l'Empire ?

lundi 28 décembre 2020

Bilan lecture de l'année 2020


On se retrouve aujourd’hui pour un bilan livresque de l’année 2020. Une année assez particulière qui n'aura pourtant pas trop bouleversé mes lectures, ni en bien ni en moins bien. Je l'achève avec 46 livres lus (contre 47 en 2019) et une moyenne de notes attribuées exactement identique à celle de l'année dernière, à savoir 3,8 sur 5.

Un immense coup de cœur cette année, pour la réédition de Je suis ta nuit, de Loïc Le Borgne aux éditions ActuSF. Un roman vraiment très chouette ! Un Club des Ratés made in France aux personnages très attachants, à l'intrigue originale, parfaitement maîtrisée, et une plume hyper évocatrice. Je vous le recommande chaudement ! Pas mal de livres à 5 étoiles aussi, comme vous le verrez dans la suite.

Vous trouverez ci-après, en plus de la liste complète de mes lectures, une petite infographie réalisée à partir de mes statistiques sur le site Goodreads. Le design de la leur a changé et il ne me plaisait plus, j'ai donc préféré créer la mienne ! Un beau résumé de cette année, avec plus de 18 500 pages lues et une moyenne de 402 pages par livre (contre 390 en 2019).

Il me reste à souhaiter faire toujours mieux et réussir à nouveau mon challenge Goodreads. Je vous souhaite à tous une excellente année 2021, en croisant les doigts pour qu'on finisse enfin par laisser cette crise sanitaire derrière nous.



Récapitulatif détaillé 

Janvier 2020
Les refuges, de Jérôme Loubry - ★★★★★
Les cycles corrompus, de Serenya Howell - ★★★★★
Et tu n'es pas revenu, de Marceline Loridan-Ivens - ★★★★★

Février 2020
Les corps cachés, de Caroline Kepnes - ★☆☆☆
L'institut, de Stephen King - ★★★★★

Mars 2020
La lame, de Frédéric Mars - ★★☆☆
Délius, une chanson d'été, de Sabrina Calvo - ☆☆☆☆
Annihilation, de Jeff Vandermeer - ★★★☆

Avril 2020
Le serment de l'orage, de Gabriel Katz - ★★☆☆
Les chevaliers du Tintamarre, de Raphaël Bardas - ★★★☆
Et le mal viendra, de Camut & Hug - ★★★★★
Tu comprendras quand tu seras plus grande, de Virginie Grimaldi - ★★★☆

Mai 2020
Les âmes rivales, de René Manzor - ★★☆☆
Le talisman, de Diana Gabaldon - ★★★★★ 
Marquer les ombres, tome 2, de Veronica Roth - ★★★☆
Le réseau Corneille, de Ken Follett - ★★★☆ 
L'île, de Vincent Villeminot - ★★★★★ 
L'étoile d'Orion, de Aymeric Janier - ★★☆☆

Juin 2020
La ballade du serpent et de l'oiseau chanteur, de Suzanne Collins - ★★☆☆ 
L'héritage des ombres, d'Aurélie Swan - ★☆☆☆

Juillet 2020
Extincta, de Victor Dixen - ★★★☆
In the after, de Demitria Lunetta - ★★★☆
Un(e)secte, de Maxime Chattam - ★★☆☆ 
Le festin du serpent, de Ghislain Gilberti - ★★★★★ 

Août 2020
VE.RI.TAS, de Isabelle Fourié - ★☆☆☆
Destins liés, de Elia Lasserre - ★★☆☆  
Cendres, de Johanna Marines - ★★☆☆  
Prédation, de Camut & Nathalie Hug - ★★★★★ 
Un pétale par sourire, de Justine C.M. - ★★★☆

Septembre 2020
In the end, de Demitria Lunetta - ★☆☆☆
Dracula, de Bram Stoker - ★☆☆☆
Petits secrets, grands mensonges, de Liane Moriarty - ★★★☆

Octobre 2020
L'énigme de la chambre 622, de Joël Dicker - ★☆☆☆
Je suis ta nuit, de Loïc Le Borgne - ♥ ♥ ♥ ♥ ♥ 
Une cosmologie de monstres, de Shaun Hamill - ★★★★★ 

Novembre 2020
La mécanique du cœur, de Mathias Malzieu - ★★★☆
La traversée, de Rose P. Katell - ★★★☆ 
La cour des ténèbres, de Victor Dixen - ★★★☆
Oxygen, de Johanna Marines - ★★★★★ 

Décembre 2020
Le club Vesuvius, de Mark Gatiss - ★★☆☆  
Stranger in a strange land, de Cécile Duquenne - ★★★★★  
Red flag, de Cécile Duquenne - ★★★★★  
Les masques d'Azr'Khila, de Charlotte Bousquet - ★★★★★   
Children of the Great Empire, de Cécile Duquenne - ★★★★★  
Don't let me be misunderstood, de Cécile Duquenne - ★★★☆ 
L'illusion, de Maxime Chattam - ★★★☆